Défense
Alseamar lance une bouée de communication pour sous-marin
ABONNÉS

Actualité

Alseamar lance une bouée de communication pour sous-marin

Défense

Donner au sous-marin de l’information sur la situation en surface, vérifier son positionnement ou communiquer, cela en restant profondément immergé. C’est l’objectif de bouées largables développées par Alseamar.

La société française, filiale du groupe Alcen, a conçu des systèmes permettant aux sous-marins de disposer d’informations complémentaires au-dessus du dioptre et de communiquer. Cela, en évitant de remonter vers la surface, période durant lesquelles les bâtiments sont les plus vulnérables.

Afin de limiter au maximum ces contacts avec la surface, Alseamar a développé X-SUB, une famille de bouées largables fabriquées par l’un de ses deux sites industriels de Six-Fours, dans le sud de la France. Ces systèmes équipent déjà les sous-marins, SNLE comme SNA, de la marine française.

 

 

Lancée depuis le sas Sippican 3’’ (76mm) d’un sous-marin en plongée profonde, cette bouée très fine d’environ un mètre de long est reliée au bâtiment par une liaison cuivre ou optique se déroulant sur environs 2000 mètres. X-SUB autorise 5 à 10 minutes d’exploitation utile à la surface, dépendant de la vitesse et de l’immersion du sous-marin qui poursuit sa route pendant le déploiement de la bouée. Celle-ci communique les données reçues au sous-marin, en temps réel, puis se saborde et coule, une fois le fil totalement dévidé par la progression du sous-marin.

Ces bouées consommables existent aujourd’hui en deux versions. La première avec une fonction AIS afin de compléter la situation tactique en surface avec les informations fournies par les systèmes d’identification automatique des navires civils. La seconde, avec fonction GPS, permet au sous-marins de capter les donner d’éphémérides des satellites et recaler très rapidement ses centrales inertielles.

A court terme, Alseamar proposera de nouvelles bouées de communications Iridium et bidirectionnelles très large bande radio, depuis la VLF jusqu’au GSM. La durée de communication sera doublée. Une rupture technologique qui intéresse grandement les sous-mariniers français et étrangers.

 

Bouée X-SUB (© ALSEAMAR)

Bouée X-SUB (© ALSEAMAR)

Euronaval 2018