Construction Navale
Alumarine : Les sauveteurs de Port-Blanc découvrent leur nouvelle vedette

Actualité

Alumarine : Les sauveteurs de Port-Blanc découvrent leur nouvelle vedette

Construction Navale

Le chantier de l’ouest nantais Alumarine Shipyard a présenté jeudi 15 février une nouvelle vedette en aluminium de 12 mètres destinée à la station SNSM de Port-Blanc, dans le Morbihan. Pour l’occasion, un groupe de sauveteurs de la station bretonne était spécialement venu pour découvrir son futur outil de travail.

 

(© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

(© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

Les sauveteurs découvrent leur nouvelle vedette (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

Les sauveteurs découvrent leur nouvelle vedette (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

 

La SNS 277 Président Charles Pilorget

La nouvelle vedette sera baptisée du nom de Charles Pilorget, ancien président de la station de Port-Blanc, située à Baden près de Vannes. Elle a été conçue par le cabinet d’architecture Geronimo Naval Design. Son tirant d’eau ne dépasse pas 1.05 mètre et sa motorisation est composée de deux moteurs Volvo de 330 cv qui lui permettent de filer 25 nœuds en charge et jusqu’à 30 nœuds en transit rapide. Elle peut accueillir 8 passagers à son bord plus 2 membres d'équipage.

 

(© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

(© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

(© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

(© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

Les logements des futurs propulseurs en embases stern drive (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

Les logements des futurs propulseurs en embases stern drive (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

 

Sistership d’une première vedette 

La SNS 277 est dérivée d’une précédente réalisation d’Alumarine, conçue par le même designer, la SNS 275 La Barcaresienne. C’est d’ailleurs l’essai de cette dernière par les équipages de la SNSM du Morbihan qui les a convaincu d'adopter ce modèle. « Nous avions besoin d’une nouvelle vedette de sauvetage. Cela nous a pris deux ans d’essais sur plusieurs navires pour définir réellement ce qui nous convenait comme type d’embarcation », explique Pierre Johannel, patron de la station de Port-Blanc.

Un bateau modifié pour les besoins des sauveteurs

Si le design original de la SNS 275 a été choisi comme base de départ par les sauveteurs bretons, il n’en reste pas moins que les futurs utilisateurs ont demandé à customiser la vedette selon leurs besoins. Pour Pierre Johannel : « C’est d’abord une très belle entente entre un chantier, un architecte et un utilisateur qui, en ce qui nous concerne, se compose d’une équipe locale et une direction à Paris. Comme tout est histoire de compromis, il a fallu échanger longuement sur ce que nous voulions et sur ce qu’il était possible de faire. Nous sommes très satisfaits de la tournure qu’a prise cette coopération, autant humainement que techniquement ». En l’occurrence, les changements ont surtout porté sur la timonerie.

Une timonerie plus grande et asymétrique

La timonerie est asymétrique sur tribord et plus encastrée que celle de la première vedette. On peut aisément se rendre sur la plage avant en empruntant un passavant à bâbord. L’intérieur a été complètement revu. L’habitacle, de grande taille, est séparé en deux parties, un poste de pilotage à l’avant et un espace médical pouvant accueillir un brancard à l’arrière tribord. L’objectif est aussi de mettre en sécurité à l’intérieur le plus de monde possible. La timonerie est adaptée au maniement de civières avec une large double porte à l’arrière à laquelle s'ajoutent des portes de coupée latérales pour faciliter les opérations de transfert médical. La superstructure est surplombée d’un poste de navigation ouvert sur 360°. On y trouve aussi une potence de relevage pour des filets de sauvetage. La vedette est équipée pour mener des recherches de jour comme de nuit grâce à des puissants projecteurs Xenon.

 

La future timonerie (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

La future timonerie (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

 

 

Une plage arrière dégagée

La SNSM du golfe du Morbihan est souvent amenée à réaliser des hélitreuillages. Elle souhaite donc disposer d’une plage arrière dégagée. Cela est chose faite d’abord avec une timonerie positionnée très en avant, et ensuite avec le déplacement sur les flancs des conduites d’aération des moteurs. Le Président Charles Pilorget est aussi à même de s’adonner au remorquage avec une capacité de 1.5 tonne.

 

(© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

(© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

La trappe rend facilement accessible les moteurs pour la maintenance (© MER ET MARINE - M. ESPERANDIEU)

La trappe rend facilement accessible les moteurs pour la maintenance (© MER ET MARINE - M. ESPERANDIEU)

Un des deux moteurs Volvo D6-330 (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

Un des deux moteurs Volvo D6-330 (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

 

Succéder à la SNS 282

La nouvelle vedette va remplacer la SNS 282 Patron Alain Delaunay. D’une longueur de 9.5 mètres, elle peut naviguer à 28 nœuds grâce à ses deux moteurs Volvo de 230 cv alimentant deux hydrojets. Mise en service en 1999, elle est actuellement en fin de vie après une carrière bien remplie. Elle totalise en effet à son actif 875 sorties au profit du CROSS, dont une bonne soixantaine l’année dernière. Elle va continuer à rester en service le temps que les équipes morbihannaises s’approprient leur nouvelle vedette. Aujourd’hui, 25 sauveteurs de cette délégation sont habilités à servir en mer sur une vedette de sauvetage.

 

Pierre Johannel sur la future vedette de la station (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

Pierre Johannel sur la future vedette de la station (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

 

Un plan de charge bien rempli pour Alumarine

Membre du groupe Grand Large Yachting, le chantier naval est établi sur son site de Couëron depuis 2009. Outre l’armement de cette nouvelle vedette pour les sauveteurs en mer, l’entreprise dispose d’un beau plan de charge. Dans sa grande nef de construction, pas moins de quatre projets sont en cours à différents stades d’avancement.

Le chantier termine une vedette de lamanage et d’assistance portuaire de 7.68 mètres pour un client du Maghreb. Ce contrat a été glané dans le cadre d’un appel d’offres international. 

 

La vedette de lamanage pour le Maghreb (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

La vedette de lamanage pour le Maghreb (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

 

Alumarine travaille également sur son premier crew boat commandé par la filiale LD Ports & Logistics du groupe Louis Dreyfus Armateurs. Ce bateau de transport de fret et de personnel est destiné à rejoindre la centrale thermique d'Hassyan, à Dubaï. Il servira à transférer des personnels sur des plateformes charbonnières. Le chantier ligérien, approché par LDA via Neopolia, a fait réaliser les plans par le cabinet Geronimo Naval Design. Entièrement en aluminium, l'unité de 11.8 mètres de long pour 3.6 mètres de large (8.9 tonnes de déplacement lège armé) sera armée par deux marins et disposera de 12 places assises pour les passagers, ainsi qu'une zone de stockage de 6 m² pour le fret sur l'arrière du pont. Equipé d’une bi-propulsion de 530 cv avec hydrojets, le bateau affichera une vitesse d’exploitation à pleine charge de 20 noeuds et une autonomie de 180 milles grâce à sa capacité gasoil de 2x500 litres. Son tirant d'eau très faible, soit 0.65 mètre, lui permettra de travailler dans des zones de petits fonds. Comme pour le Président Charles Pilorget, la timonerie est décentrée pour laisser un large passavant sur tribord pour le transbordement des passagers. L'embarquement et le débarquement pourront s'effectuer par l’étrave.

 

Le crew boat pour LDA (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

Le crew boat pour LDA (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

Le crew boat pour LDA (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

Le crew boat pour LDA (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

 

Alumarine fabrique aussi une coque de voilier en aluminium pour une autre entreprise du groupe Grand Large Yachting, Allures Yachting. Sur les échanges entre les chantiers de ce même groupe, Alumarine pourrait être à l’avenir amené à recevoir des éléments composites d’autres chantiers pour ses propres productions. Pour l’instant, ces hypothèses n’ont pas débouché sur de réels projets.  

 

La coque retournée d'un voilier pour Allures Yachting (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

La coque retournée d'un voilier pour Allures Yachting (© MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

 

Enfin, le hall de construction accueille la coque d’un bateau destiné au transport mixte de passagers et de fret. Long de 12 mètres et large de 4.5 mètres, il est destiné à assurer une desserte maritime dans le sud de la France avec une vitesse comprise entre 12 et 15 noeuds. Sa capacité de fret s’élèvera à 8 tonnes et il pourra transporter 12 passagers.

Deux nouvelles commandes bientôt en construction

Le chantier s’attellera ensuite à la réalisation de deux nouveaux bateaux, une vedette de lamanage de 9.25 mètres et un catamaran de 25 mètres servant de support pour la plongée. Ce catamaran, dénommé Pirates of the Abyss, a été commandé par l’École Bleue, un club de plongée monégasque appartenant à l’apnéiste Pierre Frolla. D’une longueur hors-tout de 13 mètres pour un beau de 5.50 mètres, il sera doté de deux moteurs Yamaha F300 type U Transom. Dessiné par l’architecte Pierre Delion, il emportera jusqu’à 34 plongeurs et 2 membres d’équipages.

 

Alumarine Shipyard