Construction Navale

Actualité

Alumarine livre la vedette SNS 277 aux sauveteurs du Morbihan

Construction Navale

Le salon Navexpo de Lorient qui se tient du 15 au 17 mai a été l’occasion pour le chantier naval Alumarine et la station SNSM de Port-Blanc de présenter la toute nouvelle vedette SNS 277 Président Charles Pilorget. Le bateau de sauvetage réalisé par le chantier de Couëron, près de Nantes, vient tout juste d’être livré le lundi 7 mai après avoir passé ses essais avec succès. Déjà, les équipages de la station du Morbihan ont commencé à s’entraîner avec leur nouvel outil. Pour l’instant, la SNS 277 n’est pas utilisée pour des missions opérationnelles. Il faut en effet attendre encore plusieurs semaines d’adaptation pour que les sauveteurs puissent être à même de s’en servir en mission. Durant ce laps de temps, ils vont continuer à opérer avec leur vedette actuelle, la SNS 282 Patron Alain Delaunay.

 

La vedette lors de ses essais ( © ALUMARINE SHIPYARD)

 

Un bateau moderne et ergonomique

Conçue par le cabinet d’architecture Geronimo Naval Design, la SNS 277 mesure 11.59 mètres de long pour 3.75 mètres de large et 1.05 mètre maximum de tirant d’eau. Cette vedette en aluminium, équipée de deux moteurs diesels Volvo D6-330 et de deux réservoirs de 400 litres chacun, pourra atteindre 25 à 30 nœuds selon la charge. Son équipage comprendra 4 sauveteurs et elle pourra accueillir 10 personnes supplémentaires.

 

( © MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

La timonerie est grande et dotée d'équipements modernes ( © MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

Un espace spécial modulable situé à l'arrière tribord permet de mettre à l'abris un brancard ( © MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

 

L’un des grands atouts du Président Charles Pilorget est le soin apporté à son ergonomie. Un point central qui avait vu les équipes de Port-Blanc donner leurs attentes avant la construction. Aujourd’hui, la vedette dispose d’une timonerie spacieuse et adaptée au maniement d’un brancard, d’une électronique de bord moderne, d’un compartiment moteur accessible depuis une vaste plage arrière dégagée qui sert notamment aux hélitreuillages. « Pour la maintenance des moteurs, c’est évidemment un plus. Toutefois, le bateau étant neuf, les besoins en ce sens resteront faibles pendant les premières années d’exploitation », fait remarquer Frédérick Thoumelin, chargé d’affaires au chantier Alumarine. « Par contre, il est vrai que la plage arrière dégagée est un grand plus. Les pilotes d’hélicoptères se montrent déjà très intéressés par cet espace en vue de réaliser des hélitreuillages », indique le chargé d’affaires.

 

- Voir notre article détaillé sur la visite des sauveteurs en mer au chantier Alumarine