Vie Portuaire
Amérique du nord : 30% du trafic conteneurisé se concentre sur la côte ouest

Actualité

Amérique du nord : 30% du trafic conteneurisé se concentre sur la côte ouest

Vie Portuaire

Le Journal of Commerce a publié au mois de mai les résultats des principaux ports conteneurisés nord-américains en 2018. Depuis le Canada jusqu’au Mexique, tant sur la côte ouest qu’à l’est, les trafics portuaires sont dans l'ensemble en progression.

Un article d'Hervé Deiss de Ports et Corridors

Les trafics conteneurisés en Amérique du nord sont restés globalement positifs l'an dernier. Les 25 premiers ports conteneurisés du continent, à savoir ceux du Canada, des États-Unis et du Mexique, affichent une croissance globale de 5,1% à 48,2 millions d'EVP en 2018. Les ports des États-Unis conservent leur première place avec un trafic cumulé entre la côte est et la côte ouest de 37,3 MEVP, en progression de 4,5%. Avec un trafic de 5,7 MEVP, le Canada vient en seconde position. Il a vu ses trafics conteneurisés progresser de 5,6%. Quant au Mexique, il rattrape son retard sur son concurrent du nord du continent grâce à une hausse de 8,8%. Avec un trafic de 5,01 MEVP, le Mexique franchit la barre des 5 MEVP pour la première fois. Une performance que le pays doit avant tout aux importations qui ont augmenté de 9,6%. Pour le directeur des risques pays à IHS Markit, Paul Bingham, cité par le Journal of Commerce, la croissance des ports mexicains tient à la demande en produits intermédiaires des industries locales avec les partenaires économiques qui ne sont pas originaires du continent nord-américain. Et il ajoute que même si l’économie mexicaine a souffert en 2018, le secteur automobile, une des principales composantes de l’économie locale, a enregistré des progressions.

Quant aux États-Unis, l’ouverture du conflit commercial avec la Chine a pesé sur les trafics conteneurisés. La volonté de l’administration de Donald Trump de relever les droits de douanes de certains produits venant de Chine a commencé à produire ses premiers effets. Certes, l’économie nationale tient encore la corde avec une hausse de son produit intérieur brut, mais le commerce extérieur subit les prémices d’un tsunami qui pourrait se révéler plus important que prévu si aucun accord n’est trouvé entre les deux grandes puissances que sont la Chine et les États-Unis.

Le classement des 25 premiers ports conteneurisés nord-américains a vu sa part de marché croître en 2018. En effet, ils totalisent 94,6% des trafics conteneurisés du continent contre 90,4% en 2017. Cette augmentation de parts de marché tient à la bonne performance des ports du Mexique. Dans ce classement, ce sont les ports de la côte ouest des États-Unis qui s’adjugent les premières places. De Seattle et Tacoma, regroupés dans la Northwestern Alliance à Long Beach en passant par Los Angeles, la Californie et l’État du Washington DC rassemblent 30% des trafics conteneurisés du continent. En ajoutant Vancouver au Canada et Oakland la part de marché des ports de l’ouest de l’Amérique du nord atteint 37% du total du trafic conteneurisé nord-américains. La côte est des États-Unis ne traite pas la même part de volume. De New-York New Jersey à Savannah en passant par les ports de Virginie et Charleston, les trafics conteneurisés pèsent environ 25% du total des trafics conteneurisés nord-américains.

En 2018, ils sont 11 ports à dépasser le million d’EVP avec, en tête de ce classement, le port de Los Angeles qui totalise 6,4 MEVP. Cette proportion des ports millionnaires est restée constante entre 2017 et 2018. Néanmoins, si la bonne performance des ports mexicains de Lazaro Cardenas et Vera Cruz se confirme en 2019, le nombre de millionnaires pourrait augmenter. Le port de Lazaro Cardenas a afiché une augmentation de 11,4% à 864 273 EVP. Quant à celui de Vera Cruz, il se rapproche d’année en année du million d’EVP grâce à des hausses consécutives. En 2018, il a vu ses trafics conteneurisés augmenter de 5,3% pour atteindre 902 520 EVP.

Ces trafics des ports nord-américains doivent être mis en parallèle avec l’ouverture des nouvelles écluses du canal de Panama. Inauguré en 2016, le nouveau canal de Panama devait donner une nouvelle dynamique aux ports de la côte est de l’Amérique du nord et notamment aux ports des États-Unis. Or, depuis l’ouverture de ces écluses, il n’est pas démontré que l’effet escompté de ce nouveau canal ait porté ses fruits. Les armateurs ont quelque peu modifié leurs lignes en privilégiant les hubs de transbordement dans les Caraïbes avant de rejoindre le nord du continent. En outre, le « landbridge ferroviaire » entre la côte ouest et l’est du continent joue encore un rôle majeur dans la chaîne logistique.