Défense
Amiral Vandier : « Nous devons accélérer pour rattraper nos retards capacitaires »

Interview

Amiral Vandier : « Nous devons accélérer pour rattraper nos retards capacitaires »

Défense

A l’occasion du lancement du nouveau plan Mercator 2021, l’amiral Pierre Vandier, chef d’état-major de la Marine nationale, a accordé un long entretien à Mer et Marine. Face à des menaces de plus en plus sérieuses et à une nouvelle course aux technologies, le patron de la flotte française dit notamment vouloir mettre le pied sur l’accélérateur pour combler les retards pris ces dernières années.

MER ET MARINE : Depuis votre arrivée à la tête de la Marine nationale au mois de septembre, vous avez alerté à plusieurs reprises, notamment devant les parlementaires, sur la dégradation de la situation sécuritaire dans l’espace maritime. Vous évoquez notamment le risque d’un retour à des conflits de haute intensité. C’est un scénario probable dans les années qui viennent ? A quels types d’engagements la flotte doit elle se préparer ?    

AMIRAL VANDIER : On a longtemps pensé que la mer était un espace de liberté, mais c’est de moins en moins vrai, puisque l’on constate un réinvestissement important des capacités militaires dans le domaine maritime et un accroissement sensible des tensions entre pays.

Concernant des nations comme la France, ces enjeux restent dominés par le fait nucléaire. La dissuasion reste centrale pour prévenir un dérapage entre deux puissances nucléaires. Par conséquent, je ne pense pas que nous soyons confrontés à un risque de « grande guerre ».

En revanche, des affrontements violents en mer sont possibles, y compris de la part d’adversaires qui pourraient agir de manière à défier notre détermination et tester l’articulation de notre capacité de réponse conventionnelle sous le seuil nuc

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française