Histoire Navale
Amoco Cadiz : Ces heures où tout a basculé
ABONNÉS

Focus

Amoco Cadiz : Ces heures où tout a basculé

Histoire Navale

Le 16 mars 1978, il a fallu moins de 24 heures pour que le pétrolier géant Amoco Cadiz se fracasse sur les roches de Portsall. Une catastrophe prévisible face à laquelle les autorités françaises se sont pourtant retrouvées impuissantes.

Jeudi 16 mars1978. La France se passionne pour les élections législatives. Les résultats du premier tour, deux jours plus tôt, ont mis en difficulté le gouvernement de Raymond Barre sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing. La gauche a signé un programme commun de gouvernement en 1972. Elle s’est pourtant présentée en ordre dispersé au premier tour. Pour la première fois, le Parti Socialiste a devancé le Parti Communiste dans ce type d’élection. 

Dans cet entre-deux tours fiévreux, la gauche se rabiboche autour d’un texte de gouvernement (qui ne suffira pas à la gauche pour l'emporter). Cet accord pourrait lui permettre d’accéder au pouvoir pour la première fois depuis la création de la Ve République. La question d’une possible cohabitation est au coeur des préoccupations nationales. Tous les médias écrits et audiovisuels sont concentrés là-dessus. 

Dans ce contexte d’actualité crispé, personne ne fait attention au coup de vent qui balaie la pointe de la Bretagne en cette fin d’hiver 78. Les prévisions pour la journée du 16 mars tablent sur un vent ouest, sud-ouest de force 9, avec des pointes à 10 en soirée, de la pluie et des averses en rafales, une visibilité « réduite ou bonne », un coefficient de marée de 45. Les courants sont particulièrement faibles ce jour-là. Bref, une bonne tempête comme la pointe bretonne en vit quatre ou cinq par hiver. Rien d’alarmant, certes mais il ne fait pas bon se trouver en mer avec une telle météo. 

C’est dans ces conditions, en ce petit matin du jeudi 16 mars, que le drame va se jouer au large de la Bretagne. Il va se dérouler durant toute la journée sans que le grand public n’en soit informé. L’information en « direct-live » n’existe pas encore. Aucune image ne sera filmée en mer. Il faudra attendre 24 heures pour découvrir, incrédule, le déroulé de la pire catastrophe écologique connue par la région : l’éventrement de l’un des plus gros pétroliers du monde sur les rochers de Portsall, suivi de la pire marée noire mondiale.

Le jour de la catastrophe

9 H. Venant du sud, L’Amoco Cadiz, un immense pétrolier battant pavillon libérien se trouve alors au sud-ouest de l’île d’Ouessant. Il s’apprête à s’engager dans la Manche. 

L