Pêche
Anchois, cabillaud : Les Européens négocient les quotas de pêche

Actualité

Anchois, cabillaud : Les Européens négocient les quotas de pêche

Pêche

Les pays membres de l'Union Européenne négocient cette semaine les quotas de pêche pour 2008. Paris suit, plus particulièrement, deux espèces. Le cabillaud, tout d'abord, pour lequel une réduction de 10 à 20% des captures pourrait être décidée en Atlantique. Plusieurs pays, dont la France, font valoir que certaines études scientifiques démontrent que les stocks ont commencé à se reconstituer dans plusieurs zones. S'appuyant sur les avis du Conseil international pour l'exploration de la mer (CIEM), la Commission européenne se veut, quant à elle, nettement moins optimiste.
A suivre également le cas de l'anchois, dont la pêche est fermée depuis deux ans. Véritable catastrophe économique pour plusieurs flottilles, notamment en Loire-Atlantique, en Vendée et au Pays-Basque, l'arrêt des prises du poisson bleu ne peut plus durer selon les professionnels français. Soutenus par Michel Barnier, le ministre de l'Agriculture et de la Pêche, les patrons souhaitent obtenir une réouverture de la pêche à l'anchois l'an prochain, avec un quota d'au moins 2000 tonnes.
Assurant que les eaux européennes sont victimes d'une surpêche, Bruxelles demande une réduction des prises pour de nombreuses autres espèces, comme le merlan, la sole, le chinchard, le hareng, la plie ou encore la langoustine.