Défense
Annonces prometteuses pour le Rafale

Actualité

Annonces prometteuses pour le Rafale

Défense

En plus de la finalisation du contrat des sous-marins, la visite du chef de l'Etat au Brésil a marqué une nouvelle étape en faveur de la vente de Rafale. Les présidents Sarkozy et Lula ont, en effet, conclu un accord en vue de négociations exclusives pour la vente d'avions français à l'armée de l'Air brésilienne. Le marché porte sur 36 appareils et, selon l'Elysée, entre 4.5 et 5 milliards d'euros. Paris et Brasilia se donnent 9 mois pour faire aboutir les négociations. En cas d'accord, six Rafale devraient être produits par Dassault Aviation en France, les autres l'étant au Brésil grâce à un important transfert de technologie (livraisons à partir de 2013, sur six ans). Il semble, pour l'heure, que c'est l'importance de ce transfert de technologie concédé par les Français qui fait pencher la balance en faveur du Rafale, opposé au F-18 E/F de l'Américain Boeing et au Gripen du Suédois Saab.
Outre ce premier marché de 36 avions, les industriels visent, à terme, le renouvellement complet de l'aviation de combat brésilienne, forte de plus de 100 appareils. Le Rafale peut, également, se révéler très intéressant pour moderniser l'aéronautique navale brésilienne, actuellement équipée de vieux avions américains A-4 M Sky Hawk, datant de 1977. Or, le Sao Paulo, qui n'est autre que l'ancien porte-avions français Foch (transféré en 2001), peut mettre en oeuvre la version « navalisée » du Rafale. L'appareil avait, ainsi, réalisé plusieurs campagnes d'appontages et de catapultages à la fin des années 90.