Marine Marchande
A.P. Moller Maersk pourrait scinder ses activités

Actualité

A.P. Moller Maersk pourrait scinder ses activités

Marine Marchande

« A perfect storm », comme disent les anglophones. Le groupe danois A.P. Moller Maersk se trouve au cœur d’une tempête qui l’attaque sur deux fronts différents. Le prix du pétrole impacte fortement ses filiales dédiées à l’Oil&Gas et le ralentissement économique persistant handicape sa filiale Maersk Line, actuel leader mondial du transport maritime conteneurisé. Le groupe a annoncé plus de 2 milliards de dollars de pertes pour le seul quatrième trimestre 2015 et ne table guère sur de meilleures perspectives pour les mois à venir. Le prix du pétrole ne remonte pas et la surcapacité du secteur du conteneur est renforcée chaque mois par l’arrivée de nouveaux navires sur un marché qui ne les absorbe pas, et qui ne le fera peut-être jamais. Pour mémoire, la croissance mondiale ne s’est élevée qu’à 1% en 2015, là où la flotte de porte-conteneurs a augmenté de 8%. Les prévisions 2016 de croissance oscillent entre 1 à 3 %, soit des chiffres toujours insuffisants pour compenser les énormes capacités des maxi porte-conteneurs.

Face à cette crise, le conseil d’administration a décidé la semaine dernière de remercier Nils Andersen, directeur général du groupe depuis 2007. Son successeur est Soren Skou, actuel patron de Maersk Line (dont il va conserver la direction).

Michael Pras Rasmussen, président du conseil d’administration d’A.P. Moller Maersk a, par ailleurs, annoncé que le groupe pourrait se scinder en différentes entités, autour de ses différents métiers. « La question est de savoir si nous devons être un grand groupe ou si nous devrions être un certain nombre d'entreprises indépendantes », a-t-il déclaré à la presse financière danoise. « C'est une possibilité mais ce n'est pas quelque chose qu'on fait simplement comme ça. Ce serait une tâche énorme », a-t-il ajouté. 

 

Maersk | Actualité du groupe maritime danois