Science et Environnement
Après des fuites récurrentes, la pêche proscrite autour du Tanio

Actualité

Après des fuites récurrentes, la pêche proscrite autour du Tanio

Science et Environnement

La préfecture maritime de l’Atlantique a interdit par arrêté la pratique de la pêche à moins de 500 mètres du Tanio. Elle entend ainsi garantir « la préservation de l'intégrité de l'épave contre de nouveaux risques de déterioration » afin d'éviter les fuites de brut de la coque du pétrolier qui s’était brisé le 7 mars 1980, déversant 10.000 tonnes des 28.600 tonnes qu’il transportait. Seule la partie avant avait été remorquée jusqu’au Havre, tandis que la partie arrière gît par 80 mètres de fond.

Comme pendant l’hiver précédent, des fuites ont été constatées en janvier, provoquant le mazoutage d’oiseaux marins en Bretagne Nord. Une mission d’inspection de l’épave a révélé que des plaques obturatrices, posées quatre mois auparavant, avaient été arrachées par des apparaux de pêche, entraînant une reprise de fuites intermittentes au gré des courants.

En décembre 2019, des plongées effectuées par la Cellule plongée humaine et intervention sous la mer (CEPHISMER) de la Marine nationale avaient permis de réaliser que du pétrole s'échappait par une quinzaine d'orifices, pratiqués en 1980 pour pomper la cargaison et dont les vannes avaient sauté. En septembre dernier, des marins du CEPHISMER, embarqués à bord du bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain Garonne de la Marine nationale, sont intervenus sur la coque du pétrolier en mettant en oeuvre le robot sous-marin le Diomède. Ce dernier avait apposé sur les dix orifices identifiés des plaques obturatrices magnétiques élaborées par le service de logistique de la Marine (SLM) à Brest, afin de faire cesser ces fuites. Une nouvelle intervention de colmatage doit avoir lieu. Elle ne sera possible que dans des conditions de mer et de courants suffisamment calmes et dépendra de la disponibilité des moyens de la Marine Nationale.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.