Nautisme
Après le démâtage, Maud Fontenoy remet le cap sur la Réunion

Actualité

Après le démâtage, Maud Fontenoy remet le cap sur la Réunion

Nautisme

La page du démâtage est quasiment tournée, même si les traces de cette mésaventure accompagneront Maud Fontenoy et son L'Oréal Paris jusqu'à l'arrivée. A 900 milles des côtes australiennes, le grand monocoque a perdu son mât samedi dernier. Depuis mercredi, la jeune navigatrice a réalisé un gréement de fortune qui lui permet de faire route, lentement, vers l'Ile de la Réunion. Hier, lors de sa vacation traditionnelle avec le Musée National de la Marine, Jean-Luc Van Den Heede et Yves Parlier, deux grands marins ayant vécu le même genre de mésaventure, ont apporté leur soutien à Maud. La discussion était technique entre Jean-Luc Van Den Heede, l'ancien propriétaire de L'Oréal Paris, et Maud Fontenoy. VDH a distillé ses conseils et raconté qu'il a déjà navigué dans la configuration actuelle de Maud, c'est-à-dire avec la bôme en guise de mât. Mais c'était en France, le long de la côte, juste pour tester l'efficacité de ce gréement de fortune. Aujourd'hui, Maud Fontenoy le teste grandeur nature, au milieu de l'Océan Indien. Le système imaginé par VDH semble déjà fonctionner, alors qu'elle n'avait pas encore pu envoyer sa mini grand-voile.

Maud va se rationner

« Je vais essayer de hisser la grand-voile avant la nuit, expliquait Maud hier par liaison satellite. Je suis très fatiguée. Ce doit être le contrecoup de tout le travail des derniers jours et du choc du démâtage. Pour l'instant, j'avance toujours entre 3 et 4 noeuds grâce à la trinquette. Il y a 25 noeuds de vent mollissant. Je n'ai pas bien dormi la nuit dernière. Le bateau roule beaucoup, et puis ça grince. Je suis évidemment inquiète que ça me retombe dessus. » Hier, VDH et Parlier l'ont rassuré. « Ne sois pas trop stressée, a conseillé le premier, c'est un gréement de fortune qui tient. » « Courage, on est derrière toi » a ajouté Yves Parlier, surnommé le Robinson des mers pour avoir réparé son mât cassé lors du Vendée Globe 2000, puis avoir bouclé son tour du monde en mangeant des algues et en buvant l'eau de pluie. Pour ne pas finir son aventure solitaire comme Parlier, Maud va se rationner aussi bien en eau qu'en nourriture. « Il me reste 50 litres d'eau, ce qui est peu. Je vais faire attention, et aussi essayer de pêcher. » Après ces quatre jours d'interruption, de galères hors du temps, la vie a donc repris son cours à bord de L'Oréal Paris, en route vers l'Ile de la Réunion.
__________________________________________

- Suivez le tour du monde de Maud sur son site Internet