Marine Marchande
Aquarius : La recherche d’un nouveau pavillon commence

Actualité

Aquarius : La recherche d’un nouveau pavillon commence

Marine Marchande

La mobilisation citoyenne a démarré durant le week-end, alors même que les sauveteurs de l’Aquarius transbordaient à Malte les 58 réfugiés qu’ils avaient secourus il y a une dizaine de jours. A l’initiative de SOS Méditerranée et de Médecins Sans Frontières, une pétition européenne a été mise en ligne pour « sauver l’Aquarius et le sauvetage en mer ». Des manifestations dans toute l’Europe doivent être organisées le 6 octobre.

Ce nouvel appel fait suite au retrait du pavillon de l’Aquarius par le Panama, à peine un mois après celui de Gibraltar. Et ce dans un contexte où l’Aquarius était le dernier navire de sauvetage sur zone, alors que l’hiver commence et que l’Italie, par la voix de son ministre de l’intérieur Matteo Salvini, continue à fermer ses ports au débarquement des rescapés.

La question du fondement juridique du retrait du pavillon

Pour Francis Vallat, président de SOS Méditerranée, cette démarche du Panama pose de nombreuses questions d’ordre juridique : « on peut se demander si le droit est encore réellement pratiqué en Méditerranée et pour le navire Aquarius lui-même. Au moment où Gibraltar a retiré notre pavillon, il lui a fallu trouver tout un tas de raisons pour le justifier. Ils ont finalement dit qu’ils avaient découvert que le bateau était toujours déclaré comme navire de recherche alors qu’il pratiquait le sauvetage ». Et ce, alors même que l’Aquarius effectuait sa mission - médiatisée- depuis plus de deux ans et que le pavillon lui-même l’avait déclaré comme bateau de sauvetage devant l’Organisation maritime internationale. Difficile de ne pas voir dans cette raison, qui fut suivie par de nombreuses autres tout aussi surréalistes, la pression grandissante de l’Italie.

Difficile également de ne pas la constater dans la récente décision du Panama. Le premier état du pavillon au monde, qui classe des milliers de navires, aurait-il, lui aussi subi des pressions quant au traitement des futures escales de bateaux battant son pavillon en Italie ? Ce qui est sûr, c’est qu’il a visiblement dû faire un arbitrage, forcément en défaveur de l’Aquarius, et que cette décision n’est plus basée sur le droit non plus. « De toute l’histoire maritime récente, on n’a jamais vu un pavillon retiré pour une autre raison que le non-respect des règles du pavillon. Or l’Aquarius respecte toutes les règles du Panama et fait même bien mieux. Lui retirer son pavillon en l’absence de raisons objectives est une négation profonde du droit maritime, d’un fondement de ce dernier. Au-delà de notre cas, sans doute spécifique, cela crée un précédent majeur, une question de principe dont le milieu du transport maritime devrait sérieusement s’inquiéter ».

L’Aquarius fait désormais route vers Marseille pour une escale technique et prendre le temps de se consacrer à la recherche d’un nouveau pavillon. « Nous espérons toujours – sans trop d’illusion - que Panama revienne sur sa décision. Sinon, comme c’est un problème européen, nous attendons l’appui des pays européens dans notre recherche, sachant que nous irons vers n’importe quel pavillon prêt à nous accueillir, et que les critères de qualité de gestion du navire resteront de toute façon les mêmes. C’est la mission qui compte ».

Migrants