Défense
Aquitaine : Une petite révolution pour l'équipage

Reportage

Aquitaine : Une petite révolution pour l'équipage

Défense

Le golfe de Gascogne en hiver, c’est toujours un peu rude. La nuit précédente, sur la frégate Aquitaine, ça a pas mal secoué. « Des creux de 6-7 mètres, il y a eu un peu de vaisselle cassée, mais on passe bien ». Le capitaine de vaisseau Benoît Rouvière, commandant de l’Aquitaine, est désormais le seul maître à bord de son bâtiment. Vendredi 23 novembre dernier, la frégate, tête de série du programme FREMM, a été officiellement remise à la Marine nationale par DCNS, qui l'a construite à Lorient.  Et, depuis, c’est un programme intensif pour le bord.

 

L'Aquitaine (© MARINE NATIONALE)

L'Aquitaine (© MARINE NATIONALE)
 
 
 (©  : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)
 (©  : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)
 
 
Le commandant Benoît Rouvière (© MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)
Le commandant Benoît Rouvière (© MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)
 
 
La frégate Aquitaine, ses 94 marins et les 14 du détachement aéro de la flottille 33F de Lanvéoc-Poulmic, viennent d’entrer dans la période de Mise en Condition Opérationnelle (MECO). Dans les coursives, au PC Navire, au PC Aéro, il y a des « brassards jaunes ». « Ce sont nos entraîneurs. Ils viennent vérifier que tout et surtout tout le monde est prêt à naviguer ». Les spécialistes de l’état-major de la force d’action navale observent, conseillent, notent. Chaque procédure, chaque exercice, chaque manœuvre est passé en revue.  Trois semaines d’examen en continu.
« C’est une procédure normale. Mais, sur ce navire, elle prend une dimension particulière. Avec l’Aquitaine, la marine est passée à une nouvelle donne en termes de dimensionnement de l’équipage », explique le pacha, qui se montre satisfait de la prise en main progressive du bâtiment par l'équipage. « On avance bien, à tous les niveaux ». Avec une réduction de plus de la moitié des effectifs par rapport aux frégates de type De Grasse, la Marine nationale s’est fixé des objectifs ambitieux, plus encore que pour les Bâtiments de Projection et de Commandement (BPC), qui ont inauguré l’ère de l’automatisation des bateaux gris.
 
Les semaines à venir seront déterminantes
 
« C’est une toute nouvelle façon d’organiser le bord », confirme le vice-amiral d’escadre Xavier Magne, commandant de la Force d’action navale (FAN). « D’une structure pyramidale, basée sur les grades, nous sommes passés sur une configuration d’équipage avec des savoir-faire et des compétences individuelles multiples et élargies. Et plus il y a de savoir-faire chez les hommes du bord, plus le commandement doit être intelligent. ». L’amiral Magne sait que les prochaines semaines, sur le prototype du programme, vont être déterminantes pour valider ce modèle
Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française