Offshore
Arctique : Greenpeace aborde la plateforme de forage Leiv Eirikson

Actualité

Arctique : Greenpeace aborde la plateforme de forage Leiv Eirikson

Offshore

L'organisation écologiste poursuit son opération de harcèlement de la plateforme de forage Leiv Eirikson, que la compagnie britannique Cairn Energy compte utiliser pour faire des forages exploratoires dans l'Arctique. Samedi dernier, 18 militants de Greenpeace, partis en canots pneumatiques de l'Esperanza, navire de l'organisation poursuivant la plateforme (escortée par une frégate danoise), ont investi le Leiv Eirikson. Selon Greenpeace, ce « commando » était à la recherche « du plan d'urgence en cas de marée noire, que l'entreprise refuse de communiquer ». Arrêtés, les 18 militants ont été placés en détention à Nuuk, au Groenland.
Dénonçant les manoeuvres de Greenpeace, Cairn Energy a porté plainte aux Pays-Bas, où sont basées Greenpeace International et la flotte de l'organisation. « Cairn réclame une injonction, c'est-à-dire que l'organisation soit frappée d'une amende de 2 millions d'euros pour chaque jour où elle mènerait une nouvelle action ou entraverait les futurs forages. Une audience avait lieu cet après-midi au tribunal d'Amsterdam. Et le juge a demandé à Cairn Energy de publier leur plan d'urgence en cas de marée noire, ce que Greenpeace réclame depuis des semaines », expliquait hier l'organisation.
Le verdict quant à la demande d'injonction devrait, quant à lui, être rendu demain par la justice néerlandaise.
Par ailleurs, Greenpeace a déposé lundi une plainte officielle auprès du parlement du Groenland pour ne pas avoir eu accès au plan de réponse en cas de marée noire. « Celui-ci est jusqu'à présent gardé secret par les autorités et par Cairn Energy. Sur 17 documents auxquels Greenpeace aurait du légalement avoir accès, le bureau des Mines et du pétrole du Groenland n'a rendu public que deux documents ».
Selon l'organisation, une éventuelle marée noire pendant le forage aurait des conséquences catastrophiques sur l'écosystème local, composé notamment de baleines bleues, d'ours polaires, de phoques et d'oiseaux migrateurs. Les écologistes estiment en effet que la baie de Baffin (ou Vallée des icebergs), située à l'ouest du Groenland et où doit être menée l'exploration, est trop éloignée des moyens de sauvetage et soumise à des conditions météorologiques qui rendraient très difficiles, voire impossible en raison de la présence des glaces, les opérations de lutte contre la pollution.

Greenpeace | Actualité maritime de l'organisation écologiste