Offshore
Arctique : Greenpeace à la poursuite d'une plateforme de forage

Actualité

Arctique : Greenpeace à la poursuite d'une plateforme de forage

Offshore

Deux navires de Greenpeace, l'Esperanza et l'Arctic Sunrise, poursuivent actuellement le Leiv Eiriksson, une plateforme de forage destinée à mener cet été une campagne d'exploration pétrolière dans les eaux gelées de la baie de Baffin, à l'ouest du Groenland. L'Esperanza et l'Arctic Sunrise ont rejoint lundi le convoi, escorté par la frégate danoise Vaedderen (classe Thetis). Greenpeace dénonce cette opération de forage par grande profondeur qui pourrait, selon l'organisation, avoir des conséquences catastrophiques en cas de marée noire. « Les risques encourus en cas de marée noire dans cette région arctique sont immenses en comparaison à ceux du golfe du Mexique. Toute opération de nettoyage serait impossible et ce n'est pas seulement Greenpeace qui le dit, c'est ce que le gouvernement britannique dit lui-même. Les opérations de Cairn Energy sont extrêmement risquées. Elles devraient être abandonnées et cette plateforme devrait quitter la région tout de suite », affirme Anne Valette, chargée de campagne Energie pour Greenpeace France.
L'organisation cite des documents provenant des autorités britanniques. Isolement de la zone, températures très basses... Ces dernières s'inquiètent de l'incapacité, en cas d'accident, à mobiliser rapidement les moyens nécessaires pour lutter contre une éventuelle pollution, tout en rappelant que l'écosystème dans cette région, où vivent notamment baleines bleues, ours polaires, phoques et oiseaux migrateurs, est extrêmement fragile.

La plateforme Leiv Eiriksson escortée par le Vaedderen (© : GREENPEACE)
La plateforme Leiv Eiriksson escortée par le Vaedderen (© : GREENPEACE)

Devant intervenir dans une zone plus communément connue sous le nom de « Vallée des icebergs », l'opération de forage est donc menée par le groupe écossais Cairn Energy, qui avait annoncé en janvier la mobilisation du Leiv Eiriksson et du Corcovado, unités de forage exploitées par Ocean Rig, afin de mener en 2011 de nouvelles campagnes exploratoires. Celles-ci découlent de l'appel à projets lancé en 2007 par les autorités groenlandaises pour mener de nouvelles prospections dans le secteur. Cairn Energy, qui a actuellement des intérêts dans 11 blocs offshores au Groenland, soit une surface de 102.000 km2, met en avant sa longue expérience dans les forages à travers le monde. Pour cette campagne, le groupe s'est également engagé à utiliser des moyens non agressifs, comme apparemment des canons à eau pour repousser les icebergs à la dérive. Mais cela ne rassure pas Greenpeace, qui affirme que Cairn aurait indiqué que, « même sans accident grave, ces opérations d'exploration vont au moins entraîner une fuite de 9000 tonnes de produits chimiques relâchés directement dans les eaux du détroit de Davis, autant de produits chimiques que l'ensemble des opérations de forage de la Norvège ou du Danemark réunies ».

Greenpeace | Actualité maritime de l'organisation écologiste