Défense
Astrolabe : Quel retour d'expérience après les premiers ravitaillements?

Interview

Astrolabe : Quel retour d'expérience après les premiers ravitaillements?

Défense

L’Astrolabe vient tout juste de terminer les cinq rotations australes de desserte de la station Dumont d’Urville, base scientifique française en Terre Adélie. Sorti des chantiers Piriou l’été dernier, le navire propriété des Terres Australes et Antarctiques Françaises est armé par deux équipages de la Marine nationale se relayant en milieu de saison. Alors que le bateau s’apprête à remettre le cap sur la Réunion pour ses futures missions de patrouilles australes, Patrice Bretel, responsable du département Infrastructures et logistique polaires à l’Institut Polaire Paul-Emile Victor (IPEV) fait un premier retour d’expérience du nouveau navire.

 

(©  P.BRETEL / IPEV)

(©  P.BRETEL / IPEV)

 

MER ET MARINE : Vous venez de terminer la première saison d'exploitation de l'Astrolabe pour le ravitaillement de la base Dumont d'Urville en Antarctique. Quel est votre premier bilan?

PATRICE BRETEL : : Il est très positif avec un déchargement complet du bateau pour 4 rotation sur 5 et deux accostages au Lion. Nous avions beaucoup de défis à relever avec l'arrivée de ce nouveau bateau. Sa construction d'abord et les délais qu'il a fallu absolument tenir puisque, par ailleurs en raison de conditions de glace de l'année passée ayant fortement réduit le ravitaillement sur la saison, nous risquions de fermer la base Concordia en janvier si le ravitaillement ne passait pas cette saison. Le nouvel équipage et l'arrivée d'un nouveau partenaire qu'est la Marine nationale, ensuite, avec une découverte, ensemble, du bateau et de ses possibilités. Les défis étaient nombreux et de taille et nous sommes d'autant plus satisfaits de la réussite de cette saison, pour laquelle, nous avons aussi bénéficié de conditions météo plutôt favorables.

L’Astrolabe n’a pas pu accoster

Arctique et Antarctique | Actualité maritime des zones polaires