Marine Marchande
Attaques en Arabie saoudite : quelles conséquences ?

Actualité

Attaques en Arabie saoudite : quelles conséquences ?

Marine Marchande

Les installations pétrolières saoudiennes de Khurais et Abqaiq et ont été frappées par des drones samedi dernier. Ces attaques visant un immense champ pétrolier et la plus grande usine de traitement d’Aramco ont été revendiquées par les rebelles houthis, soutenus par l’Iran chiite, alors que l’Arabie saoudite mène une coalition sunnite qui combat ces rebelles au Yémen. Riyad et Washington ont accusé Téhéran d'être à la manoeuvre.

Conséquence : la moitié de la production saoudienne a été suspendue, soit plus de 5 % de la production mondiale. Lundi matin, le cours du Brent a grimpé de 10 %, à 66 dollars le baril, après avoir frôlé une hausse de 20 %, la plus forte augmentation depuis la guerre du Golfe, en 1991. Plus tard dans la journée, une chaîne de télévision iranienne a annoncé qu'un navire soupçonné de contrebande de pétrole avait été saisi par les Gardiens de la révolution, aux abords du détroit d'Ormuz, et son équipage arrêté. Il transportait 250 000 tonnes de fioul.

Réserves

« Pour le moment, les marchés sont bien approvisionnés avec de nombreuses réserves commerciales », a réagi l’Agence internationale de l’énergie. Per Magnus Nysveen, chef de l’analyse à Rystad Energy, observe qu'après « une situation de risque de surapprovisionnnement mondial, le marché va devoir remplacer 5 millions de barils par jour à partir des stocks existants », en attendant un retour à la normale. Ce cabinet d’analyse norvégien estime que la hausse des prix du pétrole sera limitée par les réserves de brut dont dispose l’Arabie Saoudite. Elles représenteraient 26 jours d’exportations. Riyad dispose par ailleurs de réserves stratégiques à Rotterdam, Okinawa et Sidi Kerir (Égypte). Les Etats-Unis ont aussi autorisé le recours aux réserves d’urgence.

Les principales interrogations se portent sur l’étendue des dégâts et le temps nécessaire à la remise en route des installations. « Le flux mondial de pétrole brut ne sera pas immédiatement perturbé, estime Rystad Energy, en raison de la capacité de stockage des principaux terminaux d’exportation. Mais plus les installations de traitement seront perturbées longtemps, plus l'impact potentiel sur les flux de brut sera important », indique Bjørnar Tonhaugen, chef du département de recherche sur le marché pétrolier à Rystad Energy. Selon lui, une période de 10 jours ou plus sera problématique.

D’après certains analystes, le prix du soutage pourrait augmenter. Le site spécialisé Ship and Bunker souligne par ailleurs que les prix du fioul lourd avaient déjà fortement augmenté dans certains ports à l’approche de la mise en place des nouvelles réglementations sur les soutes qui entreront en vigueur le 1er janvier 2020.