Croisières et Voyages
Austral et Boréal complèteront la flotte de la Compagnie des Iles du Ponant

Actualité

Austral et Boréal complèteront la flotte de la Compagnie des Iles du Ponant

Croisières et Voyages

Après le Ponant, le Levant et le Diamant, la Compagnie des Iles du Ponant s'est une nouvelle fois inspirée des points cardinaux pour le nom de ses deux prochains navires de croisière. Commandés début 2008, les deux navires seront construits chez l'Italien Fincantieri, dans ses chantiers d'Ancône. D'une capacité de 264 passagers, chaque unité comptera 132 cabines, 75% d'entre-elles disposant d'un balcon. Pour le nom de ses deux nouveaux navires de croisière, la Compagnie des Iles du Ponant a fait le choix de la logique sémantique. « Le Levant évoque l'Est, le Ponant l'Ouest, avec le Boréal et l'Austral, nous couvrons le globe terrestre du Nord au Sud », commente Véronique Saadé, Directrice Générale Adjointe de la Compagnie des Iles du Ponant. Ces noms ont été choisis en interne après une décision collégiale et sont apparus comme une déclinaison logique au regard de la flotte actuelle de la Compagnie des Iles du Ponant, tant par leur nom -qui est identique en anglais- que leurs itinéraires. » Le Boréal et l'Austral, qui prendront respectivement la mer en mai et août 2010, vogueront en Mer Blanche, vers le Spitzberg, le Groenland et l'Arctique canadien, mais aussi du côté de L'Amérique du Sud et du continent Antarctique. « Certaines de ces destinations sont déjà couvertes par le Diamant, notre navire d'expédition », explique Jean-Emmanuel Sauvée, Directeur Général de la Compagnie des Iles du Ponant. « Nous allons augmenter le nombre de nos croisières dans ces régions et en toucher de nouvelles à l'image de l'Arctique canadien, la Mer Blanche, l'Asie, le Viet-Nam, en passant par la Chine. »

(© : SDI STIRLING DESIGN)
(© : SDI STIRLING DESIGN)

Ouverture à la clientèle internationale

Côté clientèle, la Compagnie des Iles du Ponant s'ouvre, avec l'arrivée de l'Austral et du Boréal, aux internationaux. Ce dernier sera « l'un des points forts de l'exploitation des navires », pronostique Jean-Emmanuel Sauvée. L'occupation des navires devrait se répartir à parts égales entre clientèle individuelle et affrètement. « Nous constatons une demande croissante, tant sur le marché de l'affrètement que des individuels, pour les croisières haut de gamme sur des navires "plus intimes" comme le Diamant qui compte 113 cabines et suites. Le Boréal et l'Austral, avec chacun 132 cabines, ont le profil idéal pour répondre à cette demande », souligne Jean-Emmanuel Sauvée. « Notre volonté est de devenir un acteur-clé de l'industrie de la croisière internationale, en particulier sur la niche des navires de petite capacité où nous avons pour ambition de figurer parmi les leaders mondiaux. »