Défense
Autres marines d’Europe du sud

Actualité

Autres marines d’Europe du sud

Défense

Concernant les autres pays d’Europe du sud, le Portugal, après avoir réceptionné en 2010 deux sous-marins du type 209 PN construits en Allemagne, a été obligé de cesser le gros des investissements prévus pour sa marine. Le projet d’acquisition d’un bâtiment de projection a été repoussé et le programme des patrouilleurs hauturiers du type NPO 2000 réduit de huit à deux exemplaires, livrés en 2011 et 2013. Les trois frégates portugaises du type Meko 200 P, mises en service en 1991, vont par ailleurs être modernisées. 

 

Patrouilleur portugais du type NPO 2000 (© : OTAN)

Patrouilleur portugais du type NPO 2000 (© : OTAN)

 

La Grèce, en grande difficulté sur le plan économique, a également suspendu ses projets de renouvellement. Après d’importants retards, des problèmes financiers et des dissensions avec l’Allemagne, le programme des quatre sous-marins du type 214 a enfin été achevé avec la mise en service, à l’été 2016, des troisième et quatrième unités. Datant de 1979 et 1980, les quatre sous-marins grecs du type 209/1200 devraient quant à eux être désarmés à partir de 2020, alors que les trois unités du type 209/1100, opérationnelles depuis 1972 (le quatrième bâtiment de cette série a été retiré du service en 2011) vont prendre leur retraite.

 

Sous-marin grec du type 214 (© : OTAN)

Sous-marin grec du type 214 (© : OTAN)

 

Le projet des nouvelles frégates grecques a, en revanche, été renvoyé à des jours meilleurs. Alors que la modernisation des quatre unités du type Meko 200 HN, mises en service entre 1992 et 1998, a été reportée, l’une des dix ex-frégates néerlandaises du type Kortenaer (1978-82), le Bouboulina, a été désarmée en 2013 et le Kanaris pourrait l’être prochainement. Dans le même temps, seul le cinquième patrouilleur lance-missiles du type Super Vita a été achevé. Les eux autres, qui devaient être livrés avant 2014, ne sont pas attendus avant 2018. Du côté des PLM de la famille Combattante, la marine grecque ne dispose plus que de 11 patrouilleurs de ce type suite au désarmement de quatre unités entre 2011 et 2013.

 

 

Dans le domaine amphibie, deux engins de débarquement à effet de surface du type Pomornik russe ont été vendus à la Chine en 2014, alors qu’au niveau des ravitailleurs, l’un des deux anciens bâtiments allemands du type Glücksburg (1968) devrait être prochainement retiré du service.

Pour le reste, la composition de la flotte reste globalement inchangée, ce qui compte tenu de la situation financière de la Grèce est assez inattendu. Il est toutefois probable qu’un certain nombre d’unités ne sont plus opérationnelles.

 

L'ex-Aoife irlandais a été transféré à Malte (© : MICHEL FLOCH)

L'ex-Aoife irlandais a été transféré à Malte (© : MICHEL FLOCH)

 

Confrontée à la crise migratoire, Malte a décidé de renforcer ses moyens, avec l’acquisition en 2015 d’un garde-côte irlandais du type Emer, l’ex-Aoife, et de nouvelles vedettes. Pour le reste des pays de l’Union Européenne ayant une façade maritime donnant sur la Méditerranée, l’Adriatique ou la mer Noire (Chypre, Croatie, Roumanie), peu de nouveautés sont à signaler, les plus vieilles unités sont désarmées, la plupart du temps non remplacées, seuls les moyens restant étant modernisés. Seule la Bulgarie semble vouloir relancer son projet de nouvelles corvettes.

Pour connaître en détail toutes les marines du monde, nous vous rappelons que l'édition 2016 de Flottes de Combat est récemment parue et peut être commandée sur le site de Marines Editions