Croisières et Voyages
Avec Costa, la croisière entre dans l’ère du GNL

Reportage

Avec Costa, la croisière entre dans l’ère du GNL

Croisières et Voyages
Construction Navale

Cap aujourd’hui sur la Finlande, où le chantier Meyer de Turku a lancé la semaine dernière la construction du Costa Smeralda. Issu du projet Excellence, ce paquebot géant sera non seulement l’un des plus gros du monde, mais aussi et surtout l’un des tout premiers équipés d’une propulsion fonctionnant au gaz naturel liquéfié. Filiale du géant américain Carnival Corporation,  leader de l’industrie de la croisière, la compagnie italienne Costa et sa branche allemande AIDA seront les premières à exploiter de tels navires.

« La meilleure solution pour réduire les émissions polluantes »

Par rapport à un carburant classique, l’emploi du gaz pour faire fonctionner les moteurs engendre une diminution spectaculaire des émissions polluantes. Selon Neil Palomba, président de Costa Croisières, le dispositif retenu pour les nouveaux paquebots du groupe, entre l’emploi du GNL et des systèmes complémentaires de filtres, permettra « d’éliminer complètement les SOx (oxydes de soufre, ndlr) tout en réduisant de 85% les rejets de NOx (oxydes d’azote), de 95% ceux de particules fines et de 25% les émissions de CO2 (dioxyde de carbone). C’est une avancée très importante pour l’environnement et cela démontre notre engagement dans ce domaine ».

 

Neil Palomba (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Neil Palomba (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Pour Tom Strang, vice-président Maritime Affairs du groupe Carnival Corporation & PLC : « Le GNL est la meilleure solution d’avenir pour réduire les émissions polluantes des navires. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé d’opter pour ce type de propulsion et de lancer un vaste plan d’investissement en faveur du GNL. Sept navires ont ainsi été commandés pour différentes marques du groupe aux chantiers Meyer en Allemagne et en Finlande ».

7 navires en commande et des options à suivre

Deux d’entre eux sont destinés à Costa Croisières, le Costa Smeralda, qui sera livré en octobre 2019, et un sistership prévu pour entrer en service au printemps 2021. Longs de 337 mètres pour une largeur de 42 mètres, ils présenteront un tirant d’eau de 8.8 mètres et une jauge de 183.900 GT. Dotés de 2610 cabines, ces mastodontes pourront accueillir jusqu’à 6554 passagers, servis par 1646 membres d’équipage.

 

Vidéo du Costa Smeralda (© COSTA CROISIERES)

 

Deux unités dérivées sont destinées à la filiale allemande de Costa, AIDA, qui va disposer du tout premier paquebot de ce programme, l’AIDAnova, mis sur cale le 6 septembre au chantier Meyer Werft de Papenburg. Il en sortira à l’automne 2018 et sera suivi par un jumeau au printemps 2021. Avant cela, le constructeur allemand livrera en 2020 une variante de ce modèle à P&O Cruises, autre marque de Carnival. De son côté, Turku, en plus des deux Costa, réalisera aussi deux paquebots au GNL pour Carnival Cruise Lines, qui les réceptionnera en 2020 et 2022 (la construction du premier débutera l’an prochain). L’ensemble représente un investissement cumulé estimé à plus de 6 milliards d’euros, et ce n’est qu’un début puisque l’armateur confirme que ces commandes fermes sont assorties d’options pour des navires supplémentaires.

 

Vue du futur AIDAnova (© MEYER WERFT)

Vue du futur AIDAnova (© MEYER WERFT)

 

Des sections de coque communes produites en Allemagne

Cette nouvelle flotte fonctionnant au gaz aura, pour chaque compagnie, un design et des aménagements spécifiques, précise-t-on chez Carnival. Mais il y aura évidemment, pour bénéficier d’un effet de série, des communalités entre les navires, qui seront bel et bien cousins. Ils partageront notamment la même partie inférieure dédiée à la propulsion. La partie machines et cuves sera intégrée dans une section de coque longue de 140 mètres et comprenant deux modules, produits par le chantier Neptun Werft (filiale de Meyer) à Rostock, là où se trouvent également les usines du motoriste MaK- Caterpillar, chargé de fournir les moteurs et qui coopère avec la société hambourgeoise Marine Services pour la partie cryogénique. Une fois achevées, les sections de coque seront transférées vers Papenburg et Turku, où l’assemblage des paquebots se poursuivra autour de ce grand tronçon métallique.

 

Le moteur MaK M46 DF (© CATERPILLAR)

Le moteur MaK M46 DF (© CATERPILLAR)

 

Motorisation duale fournie par MaK-Caterpillar

Les navires seront équipés de quatre moteurs principaux

Costa Croisières | Toute l'actualité des paquebots et de la croisière Meyer Turku (ex-STX FINLAND)