Défense
Avec les Danois et Groenlandais, la marine apprend le sauvetage arctique

Actualité

Avec les Danois et Groenlandais, la marine apprend le sauvetage arctique

Défense

Après une première édition en 2018, la Marine nationale a de nouveau participé en août avec son homologue danoise et les autorités locales à un entrainement au Groenland axé sur la recherche et le sauvetage de passagers d’un navire en détresse. Cet intérêt français pour les opérations de secours dans le Grand Nord est lié à la hausse sensible de la fréquentation des ressortissants hexagonaux en Arctique. Celle-ci est en particulier liée au développement des activités de plaisance et de croisière dans cette zone, notamment pendant la période estivale. Car l'Arctique devient plus accessible du fait de la fonte des glaces, engendrant par ailleurs une hausse du trafic commercial à ces hautes latitudes. Alors que la banquise s'est retirée en été, ce phénomène laisse des eaux plus ou moins libres qui permettent par exemple de franchir le passage du nord-ouest, et facilite l’accessibilité du Groenland. Ce dernier voit d’ailleurs une nette augmentation de la présence touristique venant par la mer. Non seulement de petites unités d'expédition, dont le nombre ne cesse de croître, mais aussi désormais de grands paquebots qui s’aventurent par exemple jusqu’à la baie de Disko, dont les glaciers sont parmi les plus importants producteurs d’icebergs de la région. Ce fut le cas le mois dernier pour le MSC Orchestra, navire de 294 mètres et 92.000 GT de jauge venu juste après une escale à Nuuk le 19 août avec près de 3000 passagers et plus de 1000 membres d’équipage.

 

L'Orchestra a été le premier paquebot de MSC Cruises à se rendre au Groenland cet été (© FABIEN MONTREUIL)

L'Orchestra a été le premier paquebot de MSC Cruises à se rendre au Groenland cet été (© FABIEN MONTREUIL)

Le MSC Orchestra à Nuuk le 19 août (© MSC CRUISES)

Le MSC Orchestra à Nuuk le 19 août (© MSC CRUISES)

 

Parmi eux, des français, comme on en trouve aussi régulièrement sur d'autres navires, comme les unités d’expédition de la compagnie norvégienne Hurtigruten, plus rôdée aux régions polaires et dont le nouveau fleuron, le Roald Amundsen, a d’ailleurs entrepris fin août, depuis le Groenland, le franchissement du passage du nord-ouest via le nord du Canada. En plein essor avec un programme de doublement de sa flotte, l’armateur français Ponant, spécialiste des croisières polaires et dont l’un des bateaux, Le Champlain (200 passagers environ), est actuellement au Groenland, est aussi un habitué de la zone et sera même le premier opérateur, avec son futur paquebot brise-glace, Le Commandant Charcot, à parcourir la banquise jusqu’au pôle nord géographique à partir de 2021. Cet été, il y avait encore sur place l’Astoria, affrété par Rivages du Monde, avec à bord près de 400 passagers, majoritairement français. Le 15 août, ce paquebot était à Ilulissat, face aux glaces de Disko, en compagnie de deux autres navires de croisière, le Deutschland et l’Ocean Endeavour.

 

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française