Pêche
Avec les Paniers de la mer, le poisson invendu n’est pas perdu

Actualité

Avec les Paniers de la mer, le poisson invendu n’est pas perdu

Pêche

Depuis la création du premier panier de la mer en 1997 au Guilvinec puis l’implantation de l’activité sur le port de Saint-Guénolé en 2010, l’initiative a fait des émules sur le littoral Atlantique. La fédération nationale des Paniers de la mer regroupe désormais cinq chantiers d’insertion de Boulogne à la Turballe. « On récupère les invendus de poisson et une fois préparé, surgelé, valorisé, on le met à disposition des associations : Restos du Cœur, Secours populaire, Banque alimentaire, ANDES. En 2019, on a récupéré plus de 320 t d’invendus et 168 t ont été redistribuées aux associations d’aide alimentaire. On a couvert ainsi 58 départements soit les deux-tiers de la France », comptabilise le directeur Jean-Marie Le Buan.

Un dispositif d’insertion qui fait ses preuves

Au-delà de la lutte contre le gaspillage alimentaire, c’est aussi le dispositif d’insertion qui est mis en avant par ce prix. Sur dix ans, ce sont ainsi 120 salariés en