Disp POPIN non abonne!
Vie Portuaire

Fil info

Avenir de Cordemais : Les syndicats de la centrale reçus au ministère

Vie Portuaire

François de Rugy et Emmanuelle Wargon ont reçu hier, le jeudi 10 janvier 2019, les organisations syndicales de la centrale à charbon de Cordemais, et leur ont réaffirmé leurs orientations concernant l’avenir de la centrale.

Conformément aux engagements de campagne du Président de la République, confirmés à l’occasion de la présentation du Plan Climat de juillet 2017 et du discours de présentation de la Stratégie française pour l’énergie et le climat de novembre 2018, le Gouvernement confirme son engagement de mettre fin à la production d’électricité issue du charbon sur le sol français, par la fermeture ou la reconversion des dernières centrales électriques à charbon françaises d’ici 2022. Cette décision est motivée par un impératif climatique et par la volonté de s’engager durablement vers un modèle de production énergétique décarboné et durable.

Ce calendrier de cessation de production d’électricité à partir du charbon devra par ailleurs prendre en compte la nécessité de préserver la sécurité d’approvisionnement des Français en électricité, dans un contexte marqué par des incertitudes relatives notamment aux dates de mise en service de l’EPR de Flamanville, de la construction de la centrale de Landivisiau, ainsi qu’à la durée des visites décennales des centrales nucléaires.

Le Gouvernement connaît la situation particulière du réseau électrique breton et l’importance de la centrale de Cordemais pour la sécurité d’approvisionnement d’électricité de la Bretagne.

Dans ce contexte, et en envisageant l’hypothèse où la production d’électricité par la centrale de Cordemais devrait être poursuivie au-delà de 2022 pour les raisons de sécurité d’approvisionnement mentionnées précédemment, la conversion de la centrale vers des solutions décarbonées est étudiée. Elle reposerait sur l’utilisation d’un combustible obtenu à partir de biomasse densifiée en substitution du charbon envisagée par EDF. L’utilisation d’un combustible de ce type dans la centrale, pour un nombre d’heures réduit et limité aux besoins du réseau, pourrait le cas échéant s’accompagner d’une fraction de charbon pour des motifs techniques, équivalente à environ 4% des volumes utilisés actuellement.

Le ministère de la Transition écologique et solidaire étudie avec l’entreprise les enjeux de mise en œuvre de ce projet de reconversion, notamment du point de vue de son impact pour la qualité de l’air et de la viabilité de son modèle économique.

Les réflexions en cours seront guidées par les compléments d’analyse que le ministère a demandés à RTE en matière de sécurité d’approvisionnement du réseau dans l’ouest de la France.

La mise en œuvre de ce projet de reconversion à la biomasse de la centrale de Cordemais pourrait être envisagée uniquement dans le cas où la sécurité d’approvisionnement de la Bretagne en électricité ne serait pas garantie sans le site de Cordemais.

Communiqué du ministère de la Transition écologique et solidaire, 11/01/19

 

Port de Nantes Saint-Nazaire