Défense
Avenir incertain pour la sous-marinade néerlandaise

Actualité

Avenir incertain pour la sous-marinade néerlandaise

Défense

Le gouvernement néerlandais doit se prononcer prochainement sur le maintient en service ou le désarmement prématuré des sous-marins de la Koninklijke Marine. Pour l'heure, seuls trois des quatre bâtiments de la classe Walrus sont encore en activité. Victime d'un incendie en janvier 2006, le Bruinvis a, en effet, été mis en réserve en septembre 2007. L'un des raisons invoquées à l'époque était le manque de personnel, problématique qui semble d'ailleurs perdurer aux Pays-Bas, où l'on peine apparemment à recruter des sous-mariniers.
S'ajoutant aux contraintes budgétaires importantes avec lesquelles l'armée néerlandaise doit composer, le maintien des trois derniers Walrus, mis en service entre 1990 et 1993, n'est pas assuré. Quant à leur remplacement, aucun projet n'a, pour le moment, été lancé. Cela pose, d'ailleurs, la question de la conservation des compétences dans les chantiers néerlandais, qui n'ont pas construit de sous-marins depuis très longtemps. Dix-neuf ans après la mise à flot du dernier Walrus (Bruinvis en avril 1992), les personnels spécialisés dans la conception et la construction de sous-marins ne sont vraisemblablement plus là, sans compter le fait que les bureaux d'études n'ont pas pu maintenir leur savoir-faire. Les Pays-Bas n'ont, en effet, pas vendu entretemps un seul sous-marin à l'export. Le seul projet connu, baptisé « Moray », date de la fin des années 90 et portait sur la réalisation d'unités dérivées des Walrus pour l'Egypte. Mais ce programme n'a pas vu le jour. Un projet national (Royal Nederland Navy Future Submarines - RNNFS) est bien envisagé pour remplacer les Walrus à l'horizon 2025. Mais il semble de plus en plus improbable compte tenu des pertes de savoir-faire, du manque de personnel et des difficultés budgétaires. L'option la plus plausible, en cas de lancement d'un tel programme, serait donc une coopération, ou un achat sur étagère, sur un modèle développé par un autre constructeur européen.
Pour mémoire, les Walrus mesurent 67.7 mètres de long et affichent un déplacement de 2800 tonnes en plongée. Armés par un équipage de 50 hommes, ils peuvent mettre en oeuvre 20 torpilles et ont la capacité de lancer des missiles antinavire. Les bâtiments européens de nouvelle génération entrant dans la même catégorie sont le Type 214 allemand et le Scorpène français.

Marine néerlandaise | Actualité de la Koninklijke Marine