Energies Marines
Avis favorables pour les champs éoliens de Saint-Nazaire, Courseulles et Fécamp

Actualité

Avis favorables pour les champs éoliens de Saint-Nazaire, Courseulles et Fécamp

Energies Marines

Les trois projets de champs éoliens offshore (Saint-Nazaire, Courseulles et Fécamp) remportés par le consortium EDF Energies Nouvelles/Alstom viennent de recevoir un avis favorable des commissions d’enquête publique. Organisées par les préfectures de chacun des départements concernés, ces enquêtes publiques, qui se sont tenues à l’automne, visaient à informer le grand public sur les projets et à recueillir les avis des personnes souhaitant le donner. Outre les résidents, acteurs économiques et locaux, les ONG ont également pu faire part de leurs préoccupations.

Après l’analyse des avis et arguments, les trois commissions, composées de personnalités qualifiées, ont choisi de donner un avis favorable. Dans le cas du dossier de Saint-Nazaire, réalisé par Nass&Wind pour le consortium EMF,  l’argument de l’impact visuel des éoliennes – les 80 machines vont être implantées à plus de 12 km de la côte -  n’a pas été retenu. Pour se faire une idée de terrain, la commission s’est rendue à Ramsgate dans le Kent, où la configuration du parc éolien offshore est comparable au projet ligérien. Elle a conclu que l’impact visuel « était susceptible de varier très rapidement au cours d'une même demi-journée, jusqu'à en faire disparaître en partie la vision ». Les arguments  de la dévaluation immobilière ou de la baisse de la fréquentation touristique ont été écartés : « aucune étude ni retour d’expérience » ne confirmant ces craintes. La seule remarque émise par la commission concerne la nécessité de participer à un programme de R&D sur les sites de nidification des puffins des Baléares.

Pour Courseulles, où les 75 éoliennes seront installées à 10 km du littoral, des opposants soulevaient l’incompatibilité de cette présence avec le projet de classement des plages du débarquement au patrimoine de l’Unesco. La commission n’a pas retenu cet argumentaire en précisant qu'« une interprétation du devoir de mémoire qui conduirait à figer le développement d'un territoire ne serait pas compatible avec les exigences du progrès ». Feu vert également pour le projet de Fécamp, dont on ne dispose pas encore des conclusions. Ces deux projets normands ont été pilotés par WPD Offshore et EDF EN.

Le quatrième champ éolien offshore du premier appel d’offres, celui de Saint-Brieuc (remporté par le consortium Iberdrola-Areva), devrait faire l’objet d’une procédure similaire dans les mois à venir.

Energies Marines Renouvelables