Construction Navale
Avizo met à l’eau le fileyeur vendéen L’Entêté II

Actualité

Avizo met à l’eau le fileyeur vendéen L’Entêté II

Construction Navale
Pêche

Sa construction avait débuté il y a un peu plus d’un an au chantier Avizo Pro Marine de Bouguenais, près de Nantes. Hier, L’Entêté II, fileyeur de 12 mètres réalisé en composite, a été mis à l’eau de Port Lavigne. Il a été dans la foulée remorqué jusqu’au quai des Coteaux, au Pellerin. C’est là, ce mardi, que son moteur doit être allumé pour débuter les essais. Avec pour commencer des navigations en Loire, avant de rejoindre Noirmoutier dans une dizaine de jours normalement.

 

 

L'Entêté II remorqué sur la Loire hier matin (© AVIZO PRO MARINE)

L'Entêté II remorqué sur la Loire hier matin (© AVIZO PRO MARINE)

L'Entêté II remorqué sur la Loire hier matin (© AVIZO PRO MARINE)

L'Entêté II remorqué sur la Loire hier matin (© AVIZO PRO MARINE)

L'Entêté II au Pellerin (© AVIZO PRO MARINE)

L'Entêté II au Pellerin (© AVIZO PRO MARINE)

 

L’Entêté II, qui sera basé à L’Herbaudière, a été commandé par Sylvain Gallais. Un patron-pêcheur qui attend son nouveau bateau avec d’autant plus d’impatience qu’il a perdu son prédécesseur dans la nuit du 11 au 12 février. Datant de 1984, L’Entêté s’est échoué sur l’île du Pilier, à quelques milles au nord-ouest de Noirmoutier. Ils étaient quatre à bord. Hélitreuillés par un hélicoptère de la Marine nationale, ils s’en sont heureusement sortis sains et saufs. Mais sans leur outil de travail, qui s’est rapidement disloqué sur les rochers.  

Alors forcément, ce n’est pas sans émotion que Sylvain Gallais, en famille, avec ses proches et tous ceux qui ont mené ce projet, a baptisé samedi dernier L’Entêté II, sorti la veille au soir de l’atelier de Port Lavigne. Nous l’avons justement rencontré vendredi au chantier, où il participait avec Olivier Bissonet (le patron d’Avizo) et son équipe aux derniers préparatifs avant le transfert du bateau vers le dispositif de mise à l’eau. Face à son nouveau fileyeur rutilant, sur lequel un dernier coup de peinture était en train d’être appliqué, il se montrait satisfait. « Il est de taille équivalente à L’Entêté mais il est plus large ce qui améliorera la stabilité. Il sera plus confortable, il y a plus de surface et nous avons maintenant un pont couvert et non plus ouvert », explique le patron vendéen, qui a travaillé très étroitement avec Avizo et Pierre Delion pour concevoir le bateau. « Nous avons passé un an à faire les plans, c’est du sur-mesure ». Pour bien s’imprégner du métier de son client et mieux saisir ses besoins, l’architecte a fait une marée avec Sylvain Gallais. « C’est important d'observer les choses en conditions réelles, voir et comprendre comment les pêcheurs travaillent. Il en ressort une vraie collaboration. Nous avons beaucoup échangé et travaillé ensemble, notamment sur le plan de pont et l’ergonomie, sur laquelle on a énormément bossé. C’est vraiment bien d’avoir un armateur aussi impliqué. C’est ce qui nous permet de pouvoir partir de la feuille blanche et d’aboutir à un produit réellement cousu main », explique Pierre Delion. Et l’armateur semble heureux, si ce n’est avec les affres de l’administration française, « c’est le plus pénible, à vous dégoûter de faire quelque chose », lâche-t-il. Heureusement, le bateau est là, et c’est un beau bébé.

 

L'Entêté II dans l'atelier d'Avizo vendredi dernier (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

L'Entêté II dans l'atelier d'Avizo vendredi dernier (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

L'Entêté II dans l'atelier d'Avizo vendredi dernier (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

L'Entêté II dans l'atelier d'Avizo vendredi dernier (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Long de 11.95 mètres pour une largeur de 5.67 mètres et un creux de 2.08 mètres, le fileyeur vendéen affiche une jauge de 23.99 UMS et un déplacement en charge de près de 51 tonnes. Il est doté d’un bulbe permettant d’allonger la flottaison et, à déplacement égal, d’aller plus vite qu’une coque classique. Equipé d’un moteur diesel Cummins QSL9, l’Entêté II a été conçu pour atteindre la vitesse de 9 nœuds en charge. Pouvant embarquer jusqu’à 5 personnes (avec autant de couchettes), le bateau aura une grande cale à poisson et deux viviers pour les crustacés. En temps normal, ils seront quatre marins-pêcheurs à bord pour des marées d’une quinzaine d’heures. L’Entêté II va pêcher la sole, mais aussi de la raie, de la lotte et côté crustacés de l’araignée, du homard et du crabe.

Pour Avizo, L’Entêté II constitue une nouvelle référence à la pêche. Créé en 2016 et spécialisé dans la production composite en infusion, le chantier bouguenaisien a livré en novembre 2018 son premier bateau dans ce segment de marché, en l’occurrence Le Solitaire II, un fileyeur de 18 mètres pour Arcachon. Un troisième bateau est en cours de construction en vue d’un achèvement dans trois à quatre mois. Comme L’Entêté II, c’est une unité de 12 mètres, mais ce sera un chalutier-coquiller pour Granville et son architecte est différent puisqu’il est conçu par Alain Tobie du bureau H&T. Comme les autres chantiers navals, et l’industrie en général, Avizo a connu une période compliquée avec la crise sanitaire, notamment pendant le confinement. « Cela n’a pas été simple, il a fallu se réorganiser et faire attention aux approvisionnements mais nous ne nous sommes jamais arrêtés », explique Olivier Bissonet. A l'image de bien d’autres entreprises, il faut aussi composer avec le glissement de certains projets. « Des contrats devaient tomber pendant la période du confinement et ont été retardés, nous continuons de discuter en espérant que cela se concrétise rapidement ». En attendant, l’entreprise, prudente, n’a pas renouvelé ses CDD et s’appuie à Bouguenais sur ses huit salariés. S’y ajoute l’équipe de son site des Sables d’Olonne (cinq personnes) plutôt dédié à la réparation navale, une activité qui souffre actuellement du fait qu’un certain nombre d’armateurs reportent leurs investissements. Mais Avizo, qui produit également des pièces en composite pour différents clients (dans le maritime ou non), a des fers au feu et a étoffé l’an dernier sa gamme de bateaux professionnels en s’alliant à Rider Marine.

- Voir le reportage que nous avons réalisé au printemps 2019 chez Avizo

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.