Défense
BAE Systems poursuit le développement d’un canon électromagnétique

Actualité

BAE Systems poursuit le développement d’un canon électromagnétique

Défense

L’Office naval de recherche américain a notifié à BAE Systems un nouveau contrat de 34.5 millions de dollars en vue de lancer la seconde phase du développement d’un canon électromagnétique. Un marché qui s’inscrit dans le cadre d’un programme de prototype innovant initié par l’US Navy.

Le canon électromagnétique est une arme qui tire des projectiles non pas en utilisant comme aujourd'hui des produits chimiques (poudre) mais l'énergie électrique. Le concept est aussi appelé « canon sur rail » (Railgun) car il est constitué de deux rails alimentés en électricité, au milieu desquels le projectile joue le rôle de conducteur et se retrouve propulsé par la circulation de l'électricité et la création d'un champ magnétique à la vitesse de 7500 km/h. Ce système permettra non seulement d'augmenter la vélocité de l'artillerie, mais aussi son élongation. Ainsi, l'US Navy table sur une portée maximale de l’ordre de 400 kilomètres, avec une vitesse d’impact de 5000 km/h. Cette nouvelle génération de canon permettrait d’améliorer les capacités d’action vers la terre, de lutte antinavire et antiaérienne des bâtiments de guerre, tout en diminuant la vulnérabilité des plateformes par la réduction des matières explosives embarquées.

 

 

Installations dédiées aux essais en laboratoire (© BAE SYSTEMS)

Installations dédiées aux essais en laboratoire (© BAE SYSTEMS)

 

Tir d'essai du canon électromagnétique (© BAE SYSTEMS)

Tir d'essai du canon électromagnétique (© BAE SYSTEMS)

 

 

Le premier tir en laboratoire, d’une puissance de 33 mégajoules, a été effectué en décembre 2010 au Naval Surface Warfare Center (NSWC) de Dahlgren (Virginie), aux Etats-Unis. L’énergie développée pour ce test correspondait à un tir d’une portée de 180 km, ce qui est déjà bien supérieur à tous les systèmes d’artillerie existants. Depuis, les recherches et essais se sont poursuivis. Grâce à la phase 2, dont le contrat vient donc d’être notifié, les ingénieurs vont améliorer le lanceur et l’énergie impulsée, avec pour objectif de pouvoir passer d’une séquence de coup unique à des tirs en salve. A cet effet, un dispositif de rechargement automatique, ainsi qu’un système de gestion thermique, seront intégrés. Cette seconde phase du programme a été anticipée afin que les premiers prototypes soient disponibles dès 2014. 

 

 

Vue du futur canon électromagnétique (© BAE SYSTEMS)

Vue du futur canon électromagnétique (© BAE SYSTEMS)

US Navy / USCG BAE SYSTEMS