Construction Navale
Barillec va fournir la propulsion de la futur drague bordelaise au GNL

Actualité

Barillec va fournir la propulsion de la futur drague bordelaise au GNL

Construction Navale

Ce sera le premier navire propulsé au GNL à sortir d'un chantier français. La drague Ostrea a été commandée par le port de Bordeaux au chantier Socarenam, en remplacement de la Maqueline. Livrable à l’été 2019, ce navire de 40 mètres de long pour 11 mètres de large mettra en œuvre un système de dragage par injection d’eau (à 2.5 Bar). 

L'entreprise concarnoise Barillec va lui fournir le tableau principal pour la production d'énergie hybride, la propulsion principale et auxiliaire dual-fuel /électrique et d'un système innovant de conversion d'énergie. Les deux ensembles de propulsion principale comprendront chacun un moteur électrique de puissance nominale de 1 200kW à 1 600rpm. L'ensemble de propulsion auxiliaire comprendra un moteur électrique d'une puissance nominalede 400kW à 1 500rpm. Les deux pompes de dragages seront quant à elles d'une puissance unitaire de 500 kW. Le système innovant de conversion permettra de transformer l'énergie amont 690V/60Hz vers réseau aval 400V/50Hz et sera doté de deux transformateurs de découplage de 150kVA. L'ensemble des études et travaux représente 7000 heures de travail pour Barillec.

Capable de filer au moins 12 nœuds, la future drague bordelaise sera équipée de deux propulseurs azimutaux et un propulseur d’étrave, avec un système de positionnement dynamique. Le navire sera également équipé d’une grue de forte capacité et bénéficiera de meilleures conditions de confort pour l’équipage (standards COMF-NOISE et COMFVIB, cabines et timonerie sur plots absorbants, cabines individuelles…)

Suite au remplacement en 2013 de la Pierre Lefort par l’Anita Conti (drague aspiratrice en marche de 89.7 mètres et 3000 m3), le port de Bordeaux aura, avec L’Ostrea, renouvelé ses moyens nautiques dédiés à l'entretien du chenal de navigation et des bords à quai. Grâce au système de dragage par injection d’eau, la remplaçante de La Maqueline pourra notamment soutenir le travail de l’Anita Conti sur le chenal et ainsi diminuer les volumes de sédiments transportés et immergés dans l'estuaire.

 

 

 

Port de Bordeaux