Défense
Barracuda : « Le calendrier est tendu » reconnait la DGA

Actualité

Barracuda : « Le calendrier est tendu » reconnait la DGA

Défense

En construction à Cherbourg, le Suffren, tête de série des six nouveaux sous-marins nucléaires d’attaque français du type Barracuda, ne sera pas mis à l’eau cette année, ni au premier trimestre 2017. C’est ce qu’indique le directeur de l’Unité de management Opérations navales (UM NAV) de la Direction Générale de l’Armement, interrogé sur le sujet par Mer et Marine. Contractuellement, le premier Barracuda doit être mis à l’eau 10 ans après l’entrée en vigueur du contrat, c’est-à-dire en 2017. Alors que la DGA, DCNS et la Marine nationale entendent bien respecter ce jalon majeur, le patron de l’UM NAV se veut rassurant : « Nous sommes confiants. Le programme se déroule nominalement, il n’y a aucun problème de faisabilité. Le sous-marin est assemblé et son premier équipage est déjà à Cherbourg afin de prendre en main le bateau avant sa première sortie en mer. Mais cela reste un premier de série nucléaire, il y a de nombreuses mises au point à faire et le calendrier est tendu », reconnait Laurent Sellier. Ce dernier rappelle, de plus, que « les essais du Suffren seront le rendez-vous de trois programmes avec, en plus de Barracuda, le Dry Deck Shelter et les nouveaux propulseurs sous-marins des commandos, ainsi que la torpille F21 ».

 

Barracuda (© : DCNS)

Barracuda (© : DCNS)

 

Aucune date précise n’est donc avancée pour la mise à l’eau du Suffren et la DGA ne souhaite pas s’engager sur 2017 pour la première sortie en mer, qui aura peut-être lieu l’année suivante en fonction de l’avancée des travaux. Compte tenu de l’ampleur de ce programme naval, l’un des plus complexes au monde, et des défis technologiques à relever, le glissement de la tête de série n’est en tous cas pas une surprise. DCNS, qui a initié une sérieuse reprise en main du programme pour tenir les délais et maîtriser les coûts dans un contexte de budgets très serrés, est pleinement mobilisé pour remettre au plus vite ce SNA de nouvelle génération à la Marine nationale, qui retirera du service le Rubis dès le début de l’année prochaine.

Pour l’heure, quatre des six Barracuda ont été commandés. Le second sous-marin de la série, le Duguay-Trouin, en est au stade de l’intégration des équipements aux différentes sections de coque. Dans le même temps, les équipes cherbourgeoises de DCNS poursuivent le travail sur les deux bâtiments suivants, les futurs Tourville et De Grasse, dont les anneaux et équipements sont en cours de fabrication.

Livrable à partir de 2018, le Suffren sera suivi en 2020 par le Duguay-Trouin, la Marine nationale devant réceptionner son sixième et dernier SNA de ce type en 2029.

 

Marine nationale Naval Group (ex-DCNS)