Défense
Barracuda: Un sous-marin et 1.4 milliards d'euros pour le lancement du programme

Actualité

Barracuda: Un sous-marin et 1.4 milliards d'euros pour le lancement du programme

Défense

En déplacement, hier, au salon Euronaval, Michèle Alliot-Marie a, comme annoncé, confirmé le lancement du programme Barracuda, dans les toutes prochaines semaines. L'ensemble des six bâtiments prévus ne sera, toutefois, pas commandé d'un seul bloc. La réforme budgétaire instaurant la loi organique relative aux lois de finances (LOLF), transforme, en effet, les autorisations d'engagement en autorisations de crédit. Concrètement, les ministères, dont celui de la Défense, ne peuvent plus mobiliser massivement des crédits, la visibilité sur le budget étant désormais annuelle. Un premier contrat ferme, comprenant uniquement le premier sous-marin et le financement des études de développement sera donc signé avant la fin décembre. Il sera assorti de tranches optionnelles, qu'il faudra affermir après l'élection présidentielle de 2007. Pour la première tranche, un peu plus de 1.35 milliard d'euros devraient être déboursés. Cette somme correspond au report des crédits attendus précédemment pour ce programme et non dépensés, ainsi qu'une nouvelle enveloppe de plus de 250 millions d'euros prévus dans le projet de loi de finance (PLF) 2007. Après trois offre et de nombreux mois de négociations, l'Etat est donc parvenu à faire plier les industriels sur la question du prix, obtenant les 30% de réduction réclamés. Outre DCN, Areva TA, ex-Technicatome, détiendra 15% du contrat. Le premier navire, dont l'usinage est prévu début 2007, doit être livré en 2016 pour une admission au service actif l'année suivante. Pour l'ex-Direction des Constructions Navales, Barracuda est un programme majeur et structurant, les 6 submersibles devant assurer la moitié de la charge de Cherbourg (2300 salariés) et 40% de l'activité à Nantes-Indret (1000 salariés), jusqu'au début des années 2020. D'un point de vue opérationnel et stratégique, les Barracuda apporteront à la France des capacités nouvelle en matière de lutte contre le terrorisme (mise en oeuvre de commandos), mais aussi d'attaque contre des objectifs terrestres, grâce au missile de croiisère naval (MDCN).

Euronaval 2006