Vie Portuaire
Bayonne : La nouvelle drague ne sera pas construite en France

Actualité

Bayonne : La nouvelle drague ne sera pas construite en France

Vie Portuaire

Symbole d’un certain malaise du secteur naval français avec la concurrence étrangère lorsqu'il s'agit du marché domestique, le projet d’acquisition d’une drague par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bayonne, gestionnaire du port basque, fait des vagues dans la région, et même au-delà. A l’issue d’un appel d’offres européen lancé par la CCI, neuf chantiers ont fait acte de candidature, dont deux français (leurs noms ne sont pas révélés, bien qu’on puisse se douter de leur identité). Mais aucune offre tricolore n’a été sélectionnée parmi les finalistes, au sein desquels la CCI doit faire son choix. En ces temps de difficultés pour l’économie et l’industrie navale françaises, cette décision a ému Jean-Lou Blachier, médiateur des marchés publics et Jean-Marie Poimboeuf, président du Groupement des industries de construction et activités navales (GICAN). Tous deux ont écrit à Alain Rousset, président de la Région Aquitaine, propriétaire du port de Bayonne. Ils évoquent « une situation particulièrement incompréhensible (…) dans une période où nous œuvrons collectivement à redynamiser notre industrie ». Contacté par nos confrères de Sud Ouest, Jean-Lou Blachier trouve « étonnant qu’on ne retienne aucune entreprise française quand on sait le besoin de notre industrie de remplir ses carnets de commandes ».

 

 

Respecter les règles de l’appel d’offres

 

 

Pour autant, le choix de la CCI semble parfaitement logique. Il s’agit d’un appel d’offres européen dont le but est, justement, de mettre en concurrence différents chantiers suivant les règles

Port de Bayonne