Vie Portuaire

Fil info

Bayonne : Trafic portuaire en hausse

Vie Portuaire

Le port de Bayonne a joué à plein son rôle de plateforme multimodale de premier rang et affiche en 2018 une croissance globale des trafics de marchandises de +2,7 % à 2,66 millions de tonnes dans le domaine maritime.

Ainsi, 13% des marchandises à l’arrivée ou au départ du port de Bayonne ont été acheminées par train, ce qui constitue un record sur les 10 dernières années et résulte de nos efforts en faveur de la promotion du report modal, notamment avec la création de l’Opérateur Ferroviaire de Proximité Sud-Ouest dont le trafic a fait un bond de +60% sur 2018 à 160 000 tonnes.

Au total, les trafics ferroviaires sur le port ont progressé de 40%, passant de 229 000 à 319 000
tonnes de 2017 à 2018.

Le trafic maritime, quant à lui, est resté stable en 2018 à près de 2,4 Millions de tonnes.

Dans un contexte économique pourtant encore peu favorable à l’émergence de nouveaux projets, le port de Bayonne a su accompagner ses clients.

Les industriels historiques implantés de longue date sur le port ont plutôt bien résisté. Certes, ces derniers accusent du retard dans la mise en œuvre de leurs projets de développement mais tous réitèrent leur volonté d’investir en 2019, ou encore de voir les résultats concrets des investissements réalisés ces derniers mois.

L’ensemble des clients présents sur le port annoncent maintenant des prévisions de trafic encourageantes qui devraient permettre de poursuivre une progression continue dans les années à venir pour passer rapidement le cap des 3 Millions de tonnes.

Des projets industriels arrivés à maturité

Après une période de démarrage industriel qui a pris plusieurs mois, Laminoir des Landes a lancé son activité. Les premiers navires d’importation de brames permettent d’afficher une belle progression de l’activité à +33,84%. La montée en puissance devrait incontestablement se traduire par des volumes Import/Export maritimes significatifs pour atteindre les 150 000 tonnes/an dès 2019.                                                                           

L’aciérie CELSA, pour sa part, boucle son projet de Laminoir qui lui permettra, une fois les travaux achevés, de repasser le cap symbolique du million de tonnes maritimes annuel à comparer aux 750 000 tonnes réalisées ces dernières années.
Une politique d’acheminement des matières premières vertueuse priorisant des approvisionnements par voie maritime et par train sera privilégiée.

Le dépôt de produits liquides ALKION Terminal termine l’année 2018 sur un fort accroissement des volumes d’hydrocarbures raffinés à 125 000 tonnes en 2018 contre 69 000 tonnes en 2017 (+81,49%), ainsi que des approvisionnements de bitume qui progressent également de +49,55% à 85 529 tonnes. Les produits chimiques, quant à eux, connaissent une baisse conjoncturelle de 14% qui devrait être récupérée en 2019. 

Des vracs agroalimentaires en recul par suite d’une météo capricieuse

La mauvaise météo sur les dernières campagnes a affecté ces trafics qui résistent néanmoins honorablement avec une baisse globale de 4,4% sur le maïs, les engrais et la nutrition animale.

Des investissements validés en 2017 qui se matérialisent en 2019

La CCI a engagé un programme ambitieux d’investissements de 14,3 Millions d’euros sur les 7 dernières années de la concession, avec le soutien appuyé de la région Nouvelle-Aquitaine, propriétaire du port. Il a notamment été décidé de doter le port de deux grues supplémentaires de grosses capacités et d’une trémie pour l’accompagnement des projets industriels en cours et à venir. La mise en service de ces nouveaux outillages est prévue courant juin 2019 sur le quai Castel, à Blancpignon, et à Tarnos. Associées à des capacités de stockage complémentaires, elles garantiront une plus grande efficacité des opérations de manutention verticale sur ces terminaux.

Ces investissements permettront d’améliorer le service apporté et conforteront la place de plus en plus importante de l’outillage public dans le traitement des trafics du port de Bayonne. En effet la part du trafic manutentionné par de l’outillage public, après avoir augmenté de 17% en 2017, a été confortée en 2018, représentant 32% des trafics totaux (+0,5% par rapport à 2017).

La drague HONDARRA : Un investissement stratégique à l’efficacité reconnue

L’optimisation des opérations de dragage au moyen de la drague Hondarra depuis sa mise en service a permis de renforcer l’accessibilité du port tout en préservant l’environnement. Elle démontre au quotidien son efficacité et garantit désormais l’accessibilité annuelle des navires à l’ensemble des postes du port de Bayonne. C’est aussi la possibilité d’adapter à la demande et dans un délai très court les conditions d’exploitation sécurisée d’un poste pour des trafics isolés sans recourir au surdragage.

Il convient de noter que sur 2018 encore, 100% des sables dragués (364 432 m3) ont été clapés dans la zone côtière au droit des plages d’Anglet et ce, à la grande satisfaction de l’ensemble des acteurs locaux.

Le 31 mai 2018, la drague Hondarra a fièrement clappé son millionième mètre cube sur les plages d’Anglet participant activement au maintien du trait de côte.

Au total, c’est un volume maîtrisé de 598 562 m3 (sable + vase) qui a été dragué pour l’entretien des souilles et des chenaux d’accès du port de Bayonne.

L’OFP Sud-Ouest, une montée en puissance soutenue par les industriels du port

L’Opérateur Ferroviaire de Proximité Sud-Ouest continue de renforcer l’offre de pré et post acheminement sur port de Bayonne.

En 2018, il étoffe ses services en proposant des solutions de report modal plus efficaces sur le plan économique et respectueuses de l’environnement. L’ancienne locomotive d’une puissance de 1000 KW est maintenant remplacée par deux machines de 1800 KW chacune. Il constitue un lien performant vers des plateformes isolées dans un hinterland qui ne cesse de grandir au bénéfice des entreprises locales. Cet outil est un élément clef de l’offre de service du port de Bayonne, soucieux d’accompagner ses industriels dans leur politique de réduction de leur empreinte carbone.

Il assure une interface souple avec les autres opérateurs ferroviaires présents sur le domaine portuaire concédé.

Tous ces éléments confortent la CCI une fois de plus dans son action et dans l’ambition d’un retour à la hausse continue des trafics au port de Bayonne.

Développement durable et sécurité

Premier port de France triplement certifié QSE, le port de Bayonne continue de construire son avenir de la manière la plus vertueuse qu’il soit.

En 2018, la CCI Bayonne Pays Basque a ainsi participé à des actions notables comme la collecte des déchets échoués. Elle s’est engagée en faveur d’une réduction de l’épandage de pesticides sur les terrains concédés. Elle a fait le choix du 100% électrique pour l’alimentation des nouvelles grues (surcoût de 1 M€) et de son parc automobile.

En partenariat avec les usagers du port, un nombre conséquent d’initiatives visant à réduire les risques d’accidents professionnels a été engagé et des mesures correctives ont été mises en place.

Dans cette dynamique positive, le port de Bayonne a équipé en 2018 la forme de radoub d’une station de prétraitement qui lui permettra de maîtriser d’éventuels rejets accidentels.

Commentaires

Produits sidérurgiques (ferrailles + billettes)

Comme pour les années précédentes, l’aciérie CELSA concentre à elle seule les plus gros tonnages du port en représentant 1/3 des tonnages maritimes de la place.  Les volumes traités en 2018 sont sensiblement constants par rapport aux années précédentes. CELSA reste optimiste sur ses prévisions et maintient son plan d’investissement adossé à une demande d’extension de la durée de son Autorisation d’Occupation Temporaire. C’est la preuve que le port de Bayonne est un élément clef de la stratégie de développement du groupe.

Brames d’acier – Nouveau trafic Laminoir des Landes

Initié en 2017 avec deux navires d’essai, ce nouveau trafic pour le port de Bayonne a commencé à s’installer avec un résultat pour 2018 en forte progression (+ 33,84%). La mise en service industrielle de Laminoir des Landes a eu lieu fin 2018 et l’activité devrait prendre son envol sur 2019.

Soufre

En 2017, Adisseo prévoyait de franchir la barre symbolique des 100 000 tonnes dès 2018. Pari tenu puisque l’entreprise affiche une progression de +54,25% soit 105 000 tonnes traitées cette année.

Des travaux de modernisation du site sont en cours et minimiseront l’impact de l’humidité sur la productivité de cette activité sur le terminal de Blancpignon.

Les produits chimiques / les engrais

Il s’agit de la deuxième famille de produits représentatifs de l’activité du port de Bayonne, manutentionnés principalement par l’outillage public. De manière générale les tonnages 2017 étaient en forte hausse par rapport aux volumes de 2016. En 2018, les volumes traités sont certes en recul par rapport à 2017 mais restent supérieurs aux volumes traités par le port dans les années précédentes avec 595 320 tonnes.

Les vracs solides / marchandises diverses

Il s’agit de tous les produits dits « de niche » qui correspondent à des opportunités d’affaires en fonction de besoins ponctuels en région. Ces trafics sont le fruit de la performance de notre action commerciale et des services portuaires. Essentiellement manutentionnés par l’outillage public, ils permettent au port de Bayonne de montrer sa polyvalence et son dynamisme et donne l’opportunité à toute entreprise d’accéder à des services spécialisés. L’arrivée en 2019 sur le port de nouvelles capacités de levage permet d’envisager de nouvelles demandes liées par exemple à la manutention de colis lourds jusqu’à présent limitée sur le domaine concédé.

Communiqué de la CCI de Bayonne Pays Basque, 18/02/19

Port de Bayonne