Croisières et Voyages
Beau bilan 2014 et perspectives encourageantes pour les ports membres de CLIA France

Fil info

Beau bilan 2014 et perspectives encourageantes pour les ports membres de CLIA France

Croisières et Voyages
Vie Portuaire

En 2013, plus de 2,2 millions de croisiéristes internationaux ont découvert les rivages de France. Marché en forte expansion, et résilient face à la crise, l’Industrie de la Croisière se développe grâce à l’implication des ports, essentielle dans le développement du marché de la croisière en France mais aussi à l’international. La qualité des infrastructures, de l’accueil des passagers et membres d’équipages ainsi que la diversité de l’offre touristique sont des points prioritaires dans l’accueil d’armateurs devenus de plus en plus exigeants quant aux prestations offertes. Les cinq ports membres de CLIA tirent d’ores et déjà un bilan positif de la saison 2014.

 

Les chiffres 2014 des ports membres de CLIA :

 

En 2014, le marché de la croisière à Marseille a poursuivi son ascension avec une perspective de croissance durable à deux chiffres et des prévisions consolidées annonçant plus d’1,3 millions de passagers et quelques 530 escales. En 2013, le seuil symbolique du million de croisiéristes a été franchit avec 1.190.000 passagers accueillis. Avec une augmentation de 75% du trafic au 1er trimestre 2014 par rapport à la même période en 2013, Marseille-Provence devrait également afficher une très forte progression hors saison estivale. Signe de l’engouement du public pour les croisières, la saisonnalité s’atténue en Méditerranée. Les armateurs n’hésitent ainsi plus à programmer des escales et des départs de Marseille toute l’année.

La destination Var-Provence aura totalisé 260 escales et 355.000 passagers, Toulon son leader compte 130 escales et 300 000 passagers, il aura accueilli 35 paquebots de 18 compagnies différentes, ainsi que 7 escales inaugurales. Il s’agit d’une hausse de 2% de passagers et 22% d’escales par rapport à 2013.

Le port de Cherbourg aura accueilli 32 escales paquebots, dont sept escales inaugurales, totalisant environ 40.450 croisiéristes en visite dans la ville.

Les 5 ports French Riviera (Cannes, Golfe-Juan, Antibes, Nice et Villefranche-sur-Mer) auront accueilli cette année environ 600.000 croisiéristes pour 376 escales.

Le French Riviera Cruise Club (FRCC) fédère au niveau des Alpes-Maritimes, tous les professionnels du tourisme de croisière, sensibilise les décideurs locaux, et surtout propose des produits innovants pour satisfaire les 600.000 croisiéristes venant chaque année sur la Côte-d’Azur.

Au Havre, même si elle n’est pas arrivée à son terme, la saison 2014 qui s’échelonne de mars à fin décembre, est suffisamment avancée pour affirmer que le bilan sera satisfaisant avec plus de 250.000 passagers pour 118 escales.

 

Les retombées économiques

 

A Marseille, l’objectif est désormais d’atteindre 1,6 million de croisiéristes en 2016. Avec une croissance exceptionnelle de 33 %, Marseille-Provence signe la meilleure performance des ports méditerranéens en 2013.

A Toulon, s’agissant des retombées économiques induites par l’activité croisière, selon les résultats disponibles à ce jour, la dépense moyenne évaluée par jour et passager, est de 67€ dans le Var. Rapporté au nombre de passagers attendus en 2014, les dépenses passagers représenteraient 24,5 M€, auxquelles il convient d’ajouter les retombées directes pour l’industrie portuaire.

Dans le département des Alpes-Maritimes les retombées économiques de la croisière génèrent 40 millions d’euros de dépenses avec une dépense moyenne par croisiériste de 105 euros en tête de ligne et 39 euros en transit.

A Cherbourg, pour chaque escale, les retombées économiques sont certaines sur le tissu local et profitent à tous les acteurs du développement local tels que les commerces, les transporteurs (compagnies de taxis et d’autobus), les restaurateurs... Chaque escale générant, créant et dynamisant l’économie au niveau du territoire, la dépense moyenne par croisiériste en transit représentant environ 89 euros.

Le Havre : Les passagers montrent leur intérêt pour l’offre touristique du territoire de la Métropole Maritime Havraise puisque près de 50% d’entre eux se rendent en ville par différents moyens dont essentiellement les navettes, les excursions en autocar, mais aussi à pied, en vélo et même en Segway. L’étude de 2013 sur les retombées économiques conduite par le cabinet GP Wild international montre que la dépense moyenne par passager s’élève à 87,53€ pour un montant de retombées générales sur le territoire de 20,13 M€.

 

Les spécificités des différents ports

 

« Nouvelle destination touristique en Méditerranée, Marseille-Provence attire et séduit. L’événement Marseille-Provence 2013 et le label de capitale européenne de la culture ont vu Marseille se métamorphoser, renouer avec l’excellence et entraîner dans ce sillage dynamique l’ensemble du territoire. Surfant sur cette nouvelle attractivité internationale, le premier port de croisière français flirte désormais avec le top 5 européen. Pour soutenir les performances exceptionnelles de Marseille sur le marché de la croisière et assurer une qualité de service optimale, la place portuaire marseillaise n’a cessé d’évoluer ces dernières années. En 2013, la mise en service du terminal Joliette réservé aux navires « luxe » de moins de 200 mètres, puis en avril dernier celui du terminal B opéré par des investisseurs privés, permettent à Marseille d’accueillir 7 bateaux simultanément dans les meilleures conditions. Pour soutenir les performances exceptionnelles de Marseille sur le marché de la croisière et assurer une qualité de service optimale, le MPCT a également réalisé au môle Léon Gourret de nouvelles installations – dont un terminal fonctionnel de 16.000 m² aménagé pour accueillir deux grands navires supplémentaires – portant sa capacité d’accueil simultané à six navires positionnés en tête de ligne depuis avril dernier.

Toulon est reconnu aujourd’hui comme port tous temps et d’une grande accessibilité, Il dispose d’infrastructures qui lui permettent d’accueillir les plus grosses unités déployées en Méditerranée, il est de fait plébiscité. Sa capacité à quai étant contrainte, l’alternative au mouillage est dorénavant proposée aux armateurs lorsque tous les quais sont occupés. Ainsi, 2 escales ont été opérées au mouillage en 2014, et 5 y sont prévues en 2015. Toulon est également port de départ pour des croisières en Méditerranée, avec 20 départs à bord du Costa NeoRiviera qui propose le concept « Neo Collection » (slow cruising). Var-Provence Cruise Club (VPCC), c’est une bannière commune qui regroupe 12 ports d’escales croisière dans le Var (St Cyr sur mer, Sanary sur mer, Bandol, Les Embiez, Toulon/La Seyne, Hyères, Porquerolles, Le Lavandou, Cavalaire, St Tropez, Fréjus et SaintRaphaël).

 

Les ports azuréens, en cœur de ville permettent d’accueillir des navires de toute taille et de tout type à proximité des centres d’intérêt touristique. Le Port de Nice, avec une capacité à quai jusqu’à 210 mètres, accueille majoritairement des navires en tête de ligne de nationalités variées avec comme atout majeur l’aéroport international de Nice à proximité. Antibes et Golfe-Juan sont de nouvelles destinations pour les navires de petites et moyennes tailles qui recherchent la nouveauté et une alternance avec les autres ports d’escale. Cannes, ville du cinéma et Villefranche sur Mer, village typique, offrent de nombreuses possibilités de visites entre mer et montagnes.

Cherbourg est un port possédant la plus grande rade artificielle du monde et pouvant accueillir des paquebots sept jours sur sept, 24h sur 24 : Il faut noter l’importance en termes d’image et de notoriété des escales croisière pour la ville de Cherbourg. Son passé prestigieux de port Transatlantique lui confère une aura particulière et un attachement tout particulier pour le milieu de la croisière. C’est aussi ce lien historique très fort qui fait que les visiteurs ne viennent pas à Cherbourg par hasard. La ville attire par son histoire, son patrimoine et le fait qu’elle soit un portail vers la Normandie et ses trésors... »Les cheminées des paquebots en escale à Cherbourg visibles depuis le centre-ville rappellent à Cherbourg les fastes de son passé transatlantique et donnent à la ville d’aujourd’hui une effervescence à chaque fois renouvelée », souligne Guillaume Hamel, Directeur de l’Office de Tourisme Cherbourg Cotentin.

Le Havre bénéficie d’une position géographique au cœur de la Normandie pour une offre d’excursions riches et diversifiée, de la côte d’Albâtre au Mont-Saint Michel en passant par les plages du Débarquement, le Pays d’Auge, le Val de Seine et bien sûr jusqu’à Paris. Plus d’une vingtaine de compagnies de croisière des segments contemporains, premium et luxe, avec des paquebots de toutes tailles sont présentes au Havre. Le Terminal Croisière, exploité par l’Office de Tourisme de l’Agglomération Havraise (OTAH) a la capacité d’accueillir simultanément jusqu’à 4 paquebots et de réaliser des opérations d’embarquement. Le Club Croisière du Havre a été créé en 2013 par les partenaires institutionnels (Port, Ville, Communauté d’Agglomération et CCI) et implique les acteurs privés dans l’accueil et le développement des croisières.

 

Les prévisions 2015-2016

 

A Marseille de nouveaux investissements d’avenir ont été lancés. Pour améliorer encore l’accès de ses bassins aux plus grands navires, le port et ses partenaires réalisent un investissement de 35 millions d’euros pour 2016. D’ici là, le port de Marseille mettra également en service, dès 2015, la plus grande forme de réparation navale de Méditerranée. »

A Toulon, une attention toute particulière est portée à la qualité de service délivrée, tant aux opérateurs qu’aux passagers, avec pour objectif de se différencier par la Qualité de l’expérience offerte. Ainsi a été initiée la démarche « CRUISE FRIENDLY » et que sera livré fin 2015 à Toulon/La Seyne, un nouveau terminal pour des opérations et un accueil des passagers optimisés.

Les ports de la Côte d’Azur ont de belles perspectives avec 75% de croisiéristes qui effectuent une visite de la ville d’escale, 50 % qui découvrent la Côte d’azur pour la première fois et surtout 95 % qui déclarent vouloir revenir. Sa vision pour l’évolution du marché d’ici 2020 est qu’avec un taux de pénétration encore faible de nouveaux marchés source émergents le nombre de croisiéristes devrait augmenter et la Côte d’Azur les attirer.

A Cherbourg, l’année 2015 promet déjà une vingtaine d’escales dont sept escales inaugurales, parmi lesquelles le navire ‘Ocean Princess’ de la compagnie Princess Cruises, en éclaireur pour de futures escales Princess à Cherbourg ! Le port de Cherbourg est très confiant concernant la pérennité des escales pour les années à venir. En effet, il existe un énorme potentiel de développement des infrastructures portuaires d’ici 2020 de par la restructuration des locaux de l’ancienne gare maritime transatlantique, l’acquisition de nouvelles passerelles...

Au Havre, à partir de 2016, il ne sera même plus question de saison avec l’arrivée du paquebot AIDAprima en escale hebdomadaire toute l’année soit 52 escales de plus et un potentiel de 170.000 passagers supplémentaires. Parallèlement à la croisière maritime, les croisières fluviales se développent au Havre, avec une soixantaine d’escales programmées en 2014. « L’Office de Tourisme est attentif à l’évolution de cette activité et apporte la même attention aux croisiéristes fluviaux qu’aux croisiéristes maritimes. Un volet fluvial a d’ailleurs été intégré à la brochure professionnelle croisière 2015.» précise Valérie Conan, Directrice Croisière à l’OTAH.

 

Communication de CLIA France

Croisières maritimes et fluviales | Actualités du secteur