Nautisme
Beneteau pourrait supprimer jusqu’à 1390 emplois
ABONNÉS

Actualité

Beneteau pourrait supprimer jusqu’à 1390 emplois

Nautisme

Le groupe vendéen Beneteau a présenté mardi 8 septembre un plan mondial de réduction de ses capacités de production et de ses effectifs.

Frappé par la crise due au Covid-19, le constructeur de bateaux Beneteau a annoncé ce mardi qu’il pourrait supprimer jusqu’à 1390 emplois dans le monde, soit un sixième de ses effectifs mondiaux. Les mesures envisagées « se traduiraient par la fermeture, la cession ou la mise en sommeil de cinq sites (*) sur 24 et une réduction des effectifs comprise entre 710 et 1390 personnes (…) sur les 8 361 salariés qui étaient présents dans le groupe au 31 août 2019 », a-t-il précisé dans un communiqué.

Le groupe aux douze marques de bateaux à voile ou à moteur, parmi lesquelles Jeanneau ou Lagoon, dit faire face à un « environnement économique fortement dégradé », avec notamment « les segments de la voile et du moteur inboard qui pourraient connaître des baisses de volumes comparables à celles de la crise de 2008/2009 ».

Dans le détail, quatre des 16 sites de moulage et de montage actifs de la division Bateau du groupe seront fermés, cédés ou mis en sommeil, dont deux en Vendée en France. L’activité sera ralentie sur trois sites (un en Italie, un en France et un en Pologne).

Mesures de mobilité interne en France

Au total, ces mesures devraient se traduire par une réduction d’effectifs de 300 à 840 personnes sur le plan mondial, précise Beneteau dans un communiqué.

En France, ajoute le groupe, « la densité de la couverture industrielle de la division Bateau permettrait de ne procéder à aucun licenciement d’opérateurs de production si l’ensemble des collaborateurs concernés acceptent les mesures de mobilité internes qui leur seront proposées ». Les bureaux d’études et les bureaux administratifs seront amputés de 220 à 258 salariés dans le département.

Le P-DG avait indiqué en juillet qu’il allait réduire la voilure et se recentrer sur huit marques contre douze. Le groupe vendéen a accusé une perte de 45 % de son chiffre d’affaires au troisième trimestre. « Les mois de mai et juin ont été très bons, mais ils n’effaceront pas la fermeture des usines », ajoutait Jérôme de Metz.

Beneteau, qui construit également des mobil-homes au sein de sa division Habitat, compte par ailleurs fermer un de ses sept sites en France et ralentir l’activité de son site italien. « Sur le plan de l’emploi, les suppressions de postes globales envisagées conduiraient au sein de cette division à une réduction des effectifs de 30 à 90 personnes, en fonction du niveau d’acceptation des propositions de reclassement internes qui seront faites », indique Beneteau.

Un article de la rédaction du Télégramme

(*) Selon les media ligériens les sites vendéens de Challans et L’Herbaudière, qui emploient près de 400 personnes, verraient notamment leur production cesser, au moins provisoirement.

Groupe Bénéteau