Energies Marines

Fil info

Bessé : Comment assurer un démonstrateur d'éolienne flottante ?

Energies Marines

Le projet FLOATGEN réunit Ideol, l’Ecole Centrale de Nantes, Bouygues Travaux Publics, l’Université de Stuttgart, Fraunhofer IWES, RSK Environnement et Zabala Innovation Consulting. Ce consortium construit la première éolienne en mer en France composée d’une fondation flottante, d’une éolienne et d’une connexion électrique sous-marine. Il s’agit d’une première en France réalisable qu’à la condition de garantir tout dommage potentiel. Bessé est associé à toutes les phases pour assurer ce projet industriel entièrement sur mesure, nouveau et complexe.

Cette éolienne flottante est en cours de construction sur le Port de Nantes-Saint-Nazaire pour être ensuite installée au large du Croisic pour une période de démonstration de 24 mois. Le projet a débuté en juillet dernier avec le lancement de la construction de la fondation flottante dont la mise en flottaison est prévue pour le printemps 2017. Suivront les opérations d’installation de l’éolienne et des autres équipements sur la fondation pour un remorquage de l’ensemble (fondation / éolienne) et son raccordement au hub sous-marin du SEM-REV (le site d’expérimentation de l'Ecole Centrale Nantes) à l’été 2017. La mise en service de l’éolienne se fera avant la fin 2017 pour une période de démonstration de deux ans.

Au regard des spécificités de ce type d’installation et du montant de l’investissement considéré, à savoir plusieurs dizaines de millions d‘euros, la mise en place de garanties « sui generis uniques et complètement dédiées » s’imposait d’où le rôle indispensable du conseil en assurances qu’est Bessé. Ce projet comporte des risques de dommages matériels divers : opérations d’approvisionnement, d’assemblage, de construction, de fabrication, d’installation, de montage, de connexion, de raccordement, de pose, de stockage, de manutention, de chargement, de déchargement, de transport, de remorquage, de mouillage, de tests, essais et démonstration, sans oublier les problématiques de responsabilité civile.

Jamais une telle aventure technologique n’avait été tentée. Pierre Bessé explique : « nos équipes dédiées ont été associées au projet dès son lancement et notamment nos ingénieurs spécialistes des installations EMR (Sofimar). Ils ont analysé la nature des risques potentiels pour chaque phase : construction, installation, démonstration et démontage afin de construire les garanties qui permettront de mener ce projet en toute sérénité ».

Communiqué de Bessé, janvier 2017