Histoire Navale
Biche : Retour à la version de 1934

Actualité

Biche : Retour à la version de 1934

Histoire Navale

Unique survivant de la génération de voiliers de travail, le thonier dundee Biche fait la fierté du pays de Lorient. Depuis sa restauration et sa mise à l'eau en 2012, les Amis du Biche ne chôment pas autour de ce patrimoine vivant. Deux projets vont voir le jour en 2016 : la réalisation d'un treuil, seule pièce manquante pour que le bateau soit la copie conforme de 1934, et la parution d'un livre, en juin.

Le Biche quittera son élément mardi 15 mars. Au programme : le carénage du thonier emblématique du pays de Lorient, jusqu'au 21 mars, puis son réarmement, du 22 au 30 mars. Un chantier d'envergure qui vise à le remettre d'attaque pour la reprise de la saison, début avril. Les bonnes volontés sont d'ailleurs invitées à venir s'impliquer, aux côtés des Amis du Biche, qui compte, à ce jour, près de 350 membres. Pour ceux qui ne seraient pas disponibles, les travaux d'entretien courant sont en cours au port de plaisance, où est amarré le bateau, ou au chantier de la rue Ingénieur-Verrière.

« Retrouver les métiers pour lesquels il a été conçu »

L'occasion pour Marc Maussion, son président, de rappeler la philosophie du Biche : « À bord, on devient l'équipage ! Le passager apprend les manoeuvres, participe à la navigation, prend part à la vie à bord... » À terre, même topo. Les bénévoles travaillent de conserve pour que « le Biche vive ! Nous souhaitons recréer ses cinq vies, retrouver les métiers pour lesquels il a été conçu », précise le responsable. Construit aux Sables-d'Olonne en 1934, pour un patron de Groix, le Biche a pêché le thon jusqu'en 1955, puis navigué sous pavillons belge (bateau-école) et anglais (tourisme), avant d'être racheté par le Port-Musée de Douarnenez, en 1992. L'association des Amis du Biche, « composée d'amoureux du paysage maritime », l'a sorti de la vasière en 2003, avant d'entamer « une restauration complète, au plus près de son état d'origine. Il aurait été dommage de le laisser dormir et s'abîmer ! »

1.328 passagers en 2015

Huit années auront été nécessaires pour remettre le Biche d'aplomb, le bateau naviguant à nouveau, des côtes espagnoles à la Belgique, depuis juin 2012. Et les saisons s'enchaînent. En 2015, le Biche a navigué 123 jours, accueilli 1.328 passagers, visité 24 ports et avalé plus de 5.000 milles. Des sorties qui s'adressent aux scolaires, aux entreprises, aux groupes... Une « nouvelle vie » que le dernier survivant des thoniers dundee de l'Atlantique remplit, d'avril à octobre, par des campagnes de pêche au thon, des croisières à thème, des sorties à la journée et des réceptions à quai. Sans oublier une présence aux grands rassemblements maritimes (Brest, Douarnenez, La Rochelle...) ou le transport de marchandises. Un fret, un temps menacé ? « Rien n'est simple mais nous trouvons toujours des terrains d'entente », balaie d'un revers de manche Marc Maussion.

Un treuil en construction

Joyau du patrimoine, le Biche nécessite toutefois une attention de tous les instants, pour naviguer et coller au plus près de l'histoire, son histoire. « Les cales viennent d'être nettoyées. Cette année, nous planifions la construction d'un treuil, à l'identique de celui de 1934, pour expérimenter la pêche à la drague. Ce gros morceau n'avait pas encore été fait ! L'an prochain, nous envisageons le démâtage du bateau ». Des chantiers rendus possibles par le riche fonds documentaire de la section histoire et patrimoine de l'association, qui « collecte la mémoire du Biche et retrace, encore aujourd'hui, son histoire ». Un livre sur le Biche va d'ailleurs paraître en juin et un film sur la restauration du thonier est projeté en avant-première, la semaine prochaine, au festival international « Pêcheurs du monde ». De belles réalisations, alors que « l'association ne perçoit aucune subvention, pour un budget d'un peu moins de 200.000 € », rappelle Marc Maussion.

Pratique 
Thonier Biche, au 11, rue Ingénieur-Verrière 56100, Lorient. Tél. 02.97.37.53.33. Courriel : contact@lebiche.com Site internet : www.lebiche.com


Un article de la rédaction du Télégramme