Défense
Birmanie : La France envoie le BPC Mistral au secours des sinistrés

Actualité

Birmanie : La France envoie le BPC Mistral au secours des sinistrés

Défense

Après le passage du cyclone Nargis, qui a dévasté une partie de la Birmanie, la France a décidé de dérouter le bâtiment de projection et de commandement Mistral. En exercice en océan Indien avec la frégate Dupleix et la marine indienne, le BPC a reçu l'ordre de se tenir prêt à aider les populations sinistrées. Pour cela, le Mistral va embarquer dans le port indien de Chennaï (anciennement Madras) une importante cargaison de fret humanitaire. Celle-ci se compose « des produits de première nécessité destinés à la survie d'environ 60.000 personnes pendant deux semaines », précise le ministère de la Défense. Quelques 400 tonnes de riz, 10.000 jerricans d'eau de 20 à 30 litres, 400.000 tablettes de dépollution de l'eau, 20.000 bâches de protection, 10.000 moustiquaires et 10.000 ustensiles de cuisine (gamelles) vont être stockés à bord du navire de la Marine nationale. Le Mistral emportera également l'équivalent de 60.000 euros de médicaments de premiers secours, adaptés à l'urgence de la situation en Birmanie (antalgiques, antibiotiques, antiseptiques...)

Le BPC Mistral (© : JEAN-LOUIS VENNE)
Le BPC Mistral (© : JEAN-LOUIS VENNE)

Le Mistral conduira les opérations de chargement de fret humanitaire dans les prochains jours dans le port de Chennaï. Il appareillera pour les côtes birmanes à l'issue de ces opérations. Reste toutefois le problème du feu vert de la junte militaire au pouvoir en Birmanie. Après les problèmes rencontrés par les avions chargés d'aide humanitaire, qu'en sera-t-il du navire de guerre français ? « Les modalités de délivrance de l'aide humanitaire sont toujours en cours de définition en liaison avec les autorités birmanes et les organisations humanitaires », explique le ministère.
Long de 199 mètres pour un déplacement de 21.500 tonnes en charge, le Mistral a été livré en 2006 par DCNS. Spécialement conçu pour les opérations amphibies, il peut embarquer 450 soldats, 70 véhicules et 4 chalands de débarquement. Le navire est en outre doté de très importantes installations aéronautiques, lui permettant de mettre en oeuvre 16 hélicoptères, dont 6 simultanément. Il abrite en outre un centre de commandement et un vaste hôpital, avec blocs chirurgicaux et 70 lits. L'intérêt de ce type de bâtiment avait été illustré à l'été 2006 lorsque le Mistral avait assuré l'évacuation de plusieurs milliers de ressortissants au Liban. La France dispose d'une seconde unité de ce type, le Tonnerre, un troisième BPC ayant un temps été envisagé pour remplacer la Jeanne d'Arc.

Le BPC Mistral (© : MARINE NATIONALE)
Le BPC Mistral (© : MARINE NATIONALE)

Le  Mistral peut embarquer 16 hélicoptères (© : DCNS)
Le Mistral peut embarquer 16 hélicoptères (© : DCNS)

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française