Défense
A bord de l'Alsace, première FREMM de défense aérienne
ABONNÉS

Reportages

A bord de l'Alsace, première FREMM de défense aérienne

Défense

Naval Group livre ce 16 avril, dans la base navale de Toulon, l’Alsace, septième des huit nouvelles frégates multi-missions (FREMM) de la Marine nationale et première de la série optimisée pour la défense aérienne. Un évènement auquel participe Florence Parly, ministre des Armées, qui souhaite marquer par sa présence une nouvelle étape dans le renouvellement de la flotte française.

A cette occasion, Mer et Marine vous fait découvrir en primeur ce nouveau bâtiment, que nous avons pu visiter en exclusivité le 26 mars, juste avant son départ de Lorient pour Toulon, où l'Alsace est arrivée le 2 avril (ce qui explique que sur certaines photos des points de finition en cours, la présence de protections sur les sols et une partie des fauteuils du CO ou encore de caisses et cartons stockés dans le hangar). C’est dans le chantier morbihannais de Naval Group que le nouvelle frégate a été construite, et où sa jumelle, la future Lorraine, ultime unité du programme FREMM, est en achèvement à flot en vue d’une livraison en 2022.

 

Sur l'Alsace juste avant son départ du site Naval Group de Lorient le 26 mars (© : VINCENT GROIZELEAU)

Sur l'Alsace juste avant son départ du site Naval Group de Lorient le 26 mars (© : VINCENT GROIZELEAU)

Arrivée de l'Alsace à Toulon le 2 avril (© : JEAN-CLAUDE BELLONNE)

Arrivée de l'Alsace à Toulon le 2 avril (© : JEAN-CLAUDE BELLONNE)

 

Longue de 142 mètres pour une largeur de 20 mètres et un déplacement de 6000 tonnes à pleine charge, l’Alsace est une évolution des six premières frégates multi-missions, les Aquitaine, Provence, Languedoc, Auvergne, Bretagne et Normandie, mises en service entre 2015 et 2020 au sein de la Marine nationale. Alors que ces dernières succèdent aux frégates anti-sous-marines du type F70 ASM, le renforcement des capacités antiaériennes sur les Alsace et Lorraine va permettre d’assurer la succession des Cassard et Jean Bart (type F70 AA).

 

La FREMM Normandie (© MICHEL FLOCH)

La FREMM Normandie (© MICHEL FLOCH)

La FAA Jean Bart (© : JEAN-CLAUDE BELLONNE)

La FAA Jean Bart (© : JEAN-CLAUDE BELLONNE)

 

Appelés FREMM DA, ces nouveaux bâtiments ont vu le jour suite à la décision d’abandonner, pour des questions budgétaires, la réalisation des troisième et quatrième frégates de défense aérienne (FDA) du type Horizon, qui devaient initialement succéder aux F70 AA. Seules les deux premières, les Forbin et Chevalier Paul, admises au service actif en 2010 et 2011 (en remplacement des anciens Suffren et Duquesne), ont été construites, mais ce n’était pas suffisant pour assurer les besoins de la marine en matière de bâtiments de défense aérienne. Dans le même temps, le nombre de FREMM étant réduit, il fallait conserver des plateformes dotées des mêmes capacités de lutte anti-sous-marine.

Il en résulte des frégates extrêmement polyvalentes et puissantes dans tous les domaines de lutte. Pour accroître les capacités en matière de défense aérienne, différentes évolutions ont été intégrées sur les FREMM DA. A défaut de pouvoir disposer dans les temps impartis du nouveau radar à panneaux Sea Fire, qui équipera les futures frégates de défense et d’intervention (FDI), le radar multifonctions Herakles a été conservé. Mais cette antenne tournante (un tour par seconde) d’une portée d’environ 300 km a été rendue plus puissante, de manière à assurer le contrôle aérien dans une vaste zone ainsi que la poursuite et l’engagement de cibles multiples.

 

Le radar Herakles de l'Alsace (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le radar Herakles de l'Alsace (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française Naval Group | Actualité industrie navale de défense