Construction Navale
A bord de la nouvelle vedette garde-côtes antillaise de la Douane

Reportage

A bord de la nouvelle vedette garde-côtes antillaise de la Douane

Construction Navale
Défense

Construit par le chantier Ocea des Sables d’Olonne, le Sokan (DF 35) est arrivé la semaine dernière aux Antilles, où il a été acheminé par le cargo néerlandais Erasmusgracht. Il s’agit de la nouvelle vedette garde-côte de la Douane destinée à Fort-de-France (Martinique), et la jumelle du Kaladja (DF 34), livré en février dernier et basé à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe). Avant sa traversée de l’Atlantique, Mer et Marine a pu, en exclusivité, visiter la nouvelle VGC martiniquaise, qui va permettre aux douaniers de disposer d’un moyen moderne pour veiller au respect de la législation en mer et lutter contre la contrebande et les grands trafics, notamment de drogue, dans la zone des Antilles.

 

Le Sokan pendant ses essais (© OCEA)

Le Sokan pendant ses essais (© OCEA)

 

Du type FPB 100, le Sokan est comme son aîné intégralement réalisé en aluminium, la spécialité d’Ocea. Ce matériaux a notamment pour avantage d’être plus léger que l’acier, permettant d’atteindre la même vitesse pour une puissance moindre, de réduite la consommation en carburant et, comme il ne s’oxyde pas, de faciliter l’entretien.

Long de 31.2 mètres pour une largeur de 7.3 mètres et un tirant d’eau 1.9 mètres, le Sokan affiche un déplacement de d’un peu plus de 100 tonnes en charge. Capable d’atteindre la vitesse de 27 nœuds et de franchir 520 nautiques à 20 nœuds, cette vedette dispose d’une autonomie de 3jours sans ravitaillement, ce qui va lui permettre de patrouiller et d’intervenir dans la zone économique exclusive de la France aux Antilles.

Bénéficiant d’une carène éprouvée, conçue sur la base d’un design développé par Ocea dans les années 2000 pour des vedettes à passagers taillées pour les conditions difficiles de la mer d’Irlande, le Sokan s’est, selon l’équipe d’Ocea, très bien comporté lors des essais au large des Sables d’Olonne puis de Saint-Nazaire. La vedette a ainsi, selon son constructeur, très bien franchi les vagues dans des conditions de mer 3 à 4.

La propulsion est assurée par deux moteurs Caterpillar C32 d’une puissance de 1268 kW alimentant deux lignes d’arbres. S’y ajoutent deux générateurs C4.4 qui présentent la particularité d’être carénés, c’est-à-dire enfermés dans des boites permettant de réduire le bruit afin d’améliorer le confort sonore du bateau, en particulier à quai et au mouillage. Tous les moteurs sont situés dans le même compartiment, précédé vers l’avant par un local technique où se trouvent différentes fonctions, dont le traitement de l’eau, et sur l’arrière le local barre.

 

Douane | Toute l'actualité des douanes en mer | Mer et Marine OCEA | Toute l'actualité du constructeur naval français