Science et Environnement
A bord de Tara, de Tokyo à Hawaï (semaine 2)

Reportage

A bord de Tara, de Tokyo à Hawaï (semaine 2)

Science et Environnement

L’antiméridien. La ligne, à l’exact opposé de Greenwich, qui est à la fois le 180° Est et le 180° Ouest. Celle qui fait changer de date. La goélette Tara l’a franchie sans cérémonie particulière dans la nuit de dimanche dernier sur sa route Pacifique entre Tokyo et Hawaï. Seules les coordonnées φ et G consignées au journal de bord témoignent de ce passage de l’Orient à l’Occident. Depuis le départ du Japon, l’heure a déjà été avancée trois fois et à l’approche d’Hawaï, l’équipage s’apprête à vivre deux fois la même journée. Les traits sont un peu tirés et les réveils, nocturnes et diurnes, parfois difficiles.

 

Tara traversant le Pacifique (© MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

Tara traversant le Pacifique (© MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

 

« Moi, ça m’est bien égal tous ces changements d’heures. Mes échantillons vivent en temps universel ». Fabien Lombard, le responsable scientifique durant la traversée, ferme la malle arrimée sur le pont. A l’intérieur, il y a déjà des dizaines d’échantillons de plancton. D’autres sont stockés dans l’azote liquide. Après un démarrage laborieux, dû aux mauvaises conditions météos qui ont secoué à la fois le bateau et l’équipe scientifique, la science bat son plein à bord de Tara.

 

Fabien (© MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

Fabien (© MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

 

Tous les matins, c’est le même rituel. La grue à tribord est débordée et le Dolphin mis à l’eau. Le Dolphin, invention - comme tous les autres appareils de prélèvement de plancton embarqués sur Tara - des chercheurs de l’observatoire de Villefranche-sur-Mer, sert