Défense
A bord du Beautemps-Beaupré, fraîchement modernisé
ABONNÉS

Reportage

A bord du Beautemps-Beaupré, fraîchement modernisé

Défense
Science et Environnement

C’est le navire amiral à disposition du Service hydrographique national français (Shom). Mis en service en décembre 2003, le Beautemps-Beaupré vient de bénéficier d’une modernisation complète de ses moyens scientifiques. Les travaux, qui ont débuté le 6 novembre et se sont achevés le 9 février, ont vu le bâtiment hydro-océanographique (BHO) passer notamment en cale sèche dans l’un des bassins de la base navale de Brest. Ils ont été conduits sous la responsabilité de Piriou Naval Services, titulaire du contrat de maintien en condition opérationnelle du BHO, la partie portant sur la rénovation de la charge utile étant confiée à CNN MCO. « L’objectif de cette modernisation est de redonner au bâtiment un potentiel opérationnel pour les 15 ans à venir dans le domaine des capacités hydro-océanographiques », explique Sébastien Beuchard, chef de la division ingénierie et équipements scientifiques du Shom, reponsable de la modernisation du Beautemps-Beaupré. 

 

Remise à l'eau du Beautemps-Beaupré au mois de janvier (© MARINE NATIONALE - THOMAS TREBER

Remise à l'eau du Beautemps-Beaupré au mois de janvier (© MARINE NATIONALE - THOMAS TREBER)

Remise à l'eau du Beautemps-Beaupré au mois de janvier (© MARINE NATIONALE - JOHANN GUIAVARCH

Remise à l'eau du Beautemps-Beaupré au mois de janvier (© MARINE NATIONALE - JOHANN GUIAVARCH)

 

Tous les équipements, ou presque, ont ainsi été modernisés ou remplacés par des outils plus modernes et performants. Ce fut en particulier le cas pour les systèmes de la gondole, grande structure en acier de 13 mètres de long pour plus de 8 mètres de large située sous la quille et accueillant les principaux senseurs acoustiques.

 

La gondole du BHO à la fin de l'arrêt technique (© SHOM - C. VRIGNAUD)

La gondole du BHO à la fin de l'arrêt technique (© SHOM - C. VRIGNAUD)

 

Devenu obsolète, le sondeur multifaisceau moyens fonds d’origine, un EM 1002 du groupe norvégien Kongsberg, a été remplacé par un EM 712, avec une portée et une résolution accrues. On notera que l’ancien EM 1002 qui équipait les La Pérouse, Borda et Laplace, avait déjà été remplacé sur ces trois autres bâtiments hydrographiques utilisés par le Shom, respectivement en 2011, 2012 et 2016.

Sur la gondole du Beautemps-Beaupré, ont également été remplacés cet hiver le sondeur de sédiments (un SBP 27 de Kongsberg à la place du SBP 120), le sondeur monofaisceau (un EA 600 au lieu de l’EA 640), le système de base ultracourte (USBL) servant au positionnement acoustique sous-marin (il permet de repérer les balises permanentes sur des lignes de mouillage ou encore des engins sous-marins). C’est la société française iXblue qui a fourni le nouvel USBL (un Posidonia V2 au lieu de l’ancien Posidonia 6000).

Le BHO a, par ailleurs, vu remplacés ses deux courantomètres de coque (Teledyne RDI), ainsi que son bathythermographe (un Mk21 de Lockheed Martin) pour la mesure du courant et du profil de température de l’eau. Le bâtiment a, dans le même temps, été doté d’un nouvel outil, un profileur de célérité Rapid Cast de Teledyne RDI, qui permet d’étudier la température, la célérité et la conductivité de l’eau.

Le thermosalinomètre de coque a, quant à lui, été renouvelé avec des équipements identiques (SBE 21 et SBE 38 de Seabird). Ils servent à mesurer la température et la conductivité de l’eau en surface (à environ 3 mètres de profondeur) lorsque le navire est en route.

 

Le BHO durant son arrêt technique (© SHOM - C. VRIGNAUD)

Le BHO durant son arrêt technique (© SHOM - C. VRIGNAUD)

 

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française