Marine Marchande
A bord du Sara, navire dépollueur de l'Agence européenne de sécurité maritime

Reportage

A bord du Sara, navire dépollueur de l'Agence européenne de sécurité maritime

Marine Marchande

Le Sara est au bout du port militaire de Portland. La presqu'île britannique voisine avec les stations balnéaires de Weymouth et de Poole, mais elle abrite également un port de commerce et une base de la Royal Navy. Le Sara s'apprête à appareiller. Non pas pour satisfaire son activité habituelle de souteur ravitaillant les navires en mer ou qui allège les navires-citernes en ship-to-ship. Aujourd'hui, le navire maltais de l'armateur grec Aegan Sea (111 mètres de long, 4156 tpl de capacité) change de fonction, il devient un navire dépollueur. Sur la passerelle flotte le pavillon de l'Agence européenne de sécurité maritime.
Affrété par l'Agence, comme 18 autres navires sur toutes les côtes européennes de Helsinki à Constanza, le Sara peut être mobilisé en 24 heures en cas de pollution majeure dans sa zone de responsabilité qui s'étend de la Manche aux côtes atlantiques. Dépêché sur zone et mis à disposition à la demande de l'État européen coordinateur de la lutte contre la pollution, il pourra participer aux opérations, en agissant principalement comme récupérateur et stockeur de la pollution. Dans ses soutes, il peut stocker près de 6700 mètres cube de produit.

Le souteur Sara, propriété de l'armateur Aegan Sea (© : DROITS RESERVES)
Le souteur Sara, propriété de l'armateur Aegan Sea (© : DROITS RESERVES)

L'Agence européenne de sécurité maritime affrète actuellement 19 navires basés tout le long des côtes européenne (© : EMSA)
L'Agence européenne de sécurité maritime affrète actuellement 19 navires basés tout le long des côtes européenne (© : EMSA)

Bernd Bluhm franchit la coupée du Sara. Il est patron de l'unité de l'AESM spécialisée dans la réponse à la pollution. Un ingénieur allemand qui a bourlingué dans le monde entier, qui connaît tous les types de pollutions, dans tous les milieux et qui a la mémoire longue. « Il y a eu l'Erika et le Prestige, c'est ça qui a forgé la philosophie européenne en matière de pollution maritime. La

Sécurité maritime