Vie Portuaire
Bordeaux : Grèves après l'abandon du projet de terminal méthanier

Actualité

Bordeaux : Grèves après l'abandon du projet de terminal méthanier

Vie Portuaire

La décision du gouvernement d'enterrer le projet de terminal méthanier au Verdon a été suivie, le 3 août, par le Directoire du grand port maritime de Bordeaux. Ce dernier a, en effet, décidé de ne pas reconduire la convention de réservation du terrain sur lequel 4Gas souhaitait réaliser l'infrastructure. La société, qui avait sollicité auprès du port une prolongation de deux ans de la convention signée en août 2006, n'a donc pas été satisfaite. Critiquant déjà, au début de l'été, l' « interventionnisme » de l'Etat dans la gouvernance du GPM, les cadres du port bordelais sont, de nouveau, montés au créneau. En signe de protestation, le syndicat des cadres a lancé un mouvement de grève le 5 août. Il dénonce les pressions intervenues dans ce dossier. « Comme le prévoit la loi, le Directoire du GPMB a décidé, le 6 juillet 2009, d'accorder cette prolongation de réservation et, le 23 juillet, le Conseil de Surveillance s'est prononcé à la majorité en faveur de cette décision. Au cours de cette réunion, le Commissaire du Gouvernement a fait part de la position du Gouvernement qui, après arbitrage, a décidé de suivre les souhaits du Président du Conseil général de Charente-Maritime en s'opposant aux décisions de la Gouvernance du Port de Bordeaux ». Les cadres du GPM considèrent cette position comme « inacceptable ». Ils « s'élèvent contre une telle décision qui, bafouant la loi, constitue un véritable abus de pouvoir ». Selon eux, « c'est une atteinte à la crédibilité du Port vis-à-vis des investisseurs français et étrangers, une fragilisation de l'Etablissement qui le place en situation de briseur de contrat, une mise à mal de l'économie régionale déjà confrontée à la dramatique situation internationale ».
Outre les cadres, la CGT Port et Docks du port a, elle aussi, manifesté son mécontentement et lancé un prévis de grève début août.
Situé au Verdon, le projet 4Gas, représentant un investissement estimé à 700 millions d'euros, devait assurer les besoins en Gaz Naturel Liquéfié (GNL) de la région. Inscrit au projet stratégique du port, adopté par son Conseil de Surveillance le 9 avril 2009 et validé par l'Etat, ce terminal constitue, aux yeux des cadres du GPM, le projet de développement majeur du port girondin. « Il présente un intérêt économique capital pour la région (2 à 4 millions de tonnes de trafic par an et des recettes financières correspondantes, 200 emplois directs et induits dans secteur du Département n'offrant qu'1 emploi pour 12 habitants, 5 à 7 millions d'euros de recettes fiscales par an 26 millions d'euros de retombées financières globales) ».

Port de Bordeaux