Vie Portuaire
Bordeaux : Le port dépasse le cap des 9 millions de tonnes en 2008

Actualité

Bordeaux : Le port dépasse le cap des 9 millions de tonnes en 2008

Vie Portuaire

Marquée par les troubles sociaux liés au lancement de la réforme portuaire du gouvernement, puis par les premiers effets de la crise économique internationale, l'année 2008 s'est achevée, au port de Bordeaux, sur un tonnage global dépassant les 9 millions de tonnes, en progression de 8,4 % par rapport à l'année précédente. Si l'on excepte l'année 2000 où les conséquences de la tempête avaient généré un pic de trafic exceptionnel, il faut remonter à 1994 pour retrouver un tonnage comparable dans les statistiques du port de Bordeaux. Selon le Grand Port Maritime de Bordeaux, Il convient également de retenir que ce résultat correspond à une croissance mesurée, constatée depuis plusieurs années (8,2 Mt en 2006, 8,3 Mt en 2007), liée à la fois à l'évolution économique du grand Sud-Ouest et aux efforts déployés par la communauté portuaire bordelaise dans son ensemble pour accroître sa compétitivité.

Reprise du pétrole, des céréales et des vracs liquides

En 2008, ce résultat a été atteint, notamment, grâce à la reprise partielle des exportations de pétrole brut (230.000 tonnes au cours des 9 derniers mois de l'année) concomitante à un élargissement de l'hinterland pour les réceptions de produits énergétiques raffinés. Le redémarrage des exportations céréalières (+ 19,3 %), grâce au maïs, mérite aussi d'être relevé. Tout comme la concrétisation de trafics liés à des projets industriels, en particulier dans le domaine des vracs liquides avec les huiles (nouveau stockage développé par la société Sea-Tank et nouveau trafic généré par les investissements des sociétés Diester et Saipol à Bassens). De même, avec l'ouverture du dépôt mis en place à Blaye par la Sobib, les réceptions de bitume ont été multipliées par quatre dans l'année.

Les effets de la crise sur le trafic

Par ailleurs, après le boom de la construction qui avait eu un impact sur les trafics portuaires en 2007, les effets de la crise ont été visibles en 2008 sur les quais girondins, tant au niveau des bois sciés (- 20%) que sur celui des clinkers, des laitiers et des granulats. Et au chapitre des déceptions, on retiendra également les résultats des trafics agroalimentaires. Avec 152 000 tonnes, les aliments du bétail importés chutent de 31 % en raison de la forte concurrence de l'unité de production mise en place à Bilbao et de l'augmentation des taux de fret des vraquiers pénalisant Bordeaux port d'estuaire jusqu'en fin d'année. Pour les engrais (300.000 tonnes, soit - 27 %) il faut les comparer à une année 2007 exceptionnelle et aussi tenir compte de l'arrêt ponctuel pour maintenance de l'usine Yara d'Ambès.

Conteneurs : 55.000 EVP traités

Au chapitre des marchandises diverses conteneurisées, avec plus de 55.000 boîtes manutentionnées et un tonnage global dépassant les 600.000 tonnes, le GPMB a réalisé le deuxième résultat de son histoire après le record atteint en 2007. Toutefois, par rapport au trafic généré il y a deux ans, le tonnage baisse de 8% et le nombre de conteneurs ayant transité sur les quais d'environ 15%.
Pour le port, 2008 est donc marquée par un rééquilibrage vertueux des trafics avec une forte progression des importations (+ 23 % pour le nombre de conteneurs pleins) synonyme de diminution du coût de positionnement des boîtes, et donc favorable aux entreprises exportatrices du Sud-Ouest.

Port de Bordeaux