Marine Marchande
Boulogne : SpeedFerries en redressement judiciaire

Actualité

Boulogne : SpeedFerries en redressement judiciaire

Marine Marchande

La compagnie SpeedFerries a été placée jeudi dernier en redressement judiciaire. Affichant semble-t-il plusieurs centaines de milliers d'euros de dettes, la société, qui assure une liaison rapide entre Douvres et Boulogne, emploie 200 salariés anglais et 14 français. Alors que son catamaran était placé sous saisie conservatoire, les traversées de la fin de semaine étaient annulées. Placée sous la responsabilité d'un administrateur judiciaire, SpeedFerries va tenter de trouver un repreneur. Le Français Louis Dreyfus Armateurs, un temps intéressé, a lancé son propre projet de liaison transmanche entre Boulogne et Douvres, un premier navire devant entrer en service à l'été 2009. Dans les colonnes de la Voix du Nord, Pierre Géhanne, explique qu'il a rencontré à ce sujet, en juillet dernier, le président de SpeedFerries. « Sa compagnie était déjà moribonde. Je lui ai dit que sa société était morte et qu'il allait avoir besoin d'un partenaire. Je lui ai proposé de fusionner nos deux liaisons Boulogne-Douvres. Le deal, c'était que SpeedFerries arrête le catamaran et que l'on arme un second navire traditionnel. Trois jours plus tard, il m'a dit oui pour la fusion mais en continuant en plus son ferry rapide. Ça s'est terminé là », explique le directeur général de LDA, qui ne « croit pas » à l'avenir des catamarans sur ces lignes en raison de leur importante consommation de carburant.
Lancée en 2004, SpeedFerries a transporté l'an dernier 700.000 passagers avec son unique navire.