Marine Marchande
Bourbon renforce sa présence sur le marché sismique

Actualité

Bourbon renforce sa présence sur le marché sismique

Marine Marchande
C’est un autre aspect des services offshore. Après le ravitaillement des plateformes et celui des éoliennes, le groupe Bourbon veut désormais faire sa place sur le marché de l’acquisition sismique. Une niche particulière que celle de la flotte sismique, dont les navires sont des véritables concentrés de technologie, capables, grâce à un équipement embarqué sophistiqué, de cartographier le sous-sol marin. Affrété par les groupes pétroliers, les unités sismiques quadrillent les zones de prospection à la recherche d’hydrocarbures ou examinent les réservoirs déjà exploités pour en évaluer l’évolution dans le temps. A plusieurs dizaines de milliers de dollars la journée d’affrètement, les navires sismiques reviennent très peu à quai et sont accompagnés par une flottille de servitude : chase-boats (chien de garde) chargés de la surveillance du plan d’eau autour du matériel d’acquisition, work-boats pour l’entretien du dispositif déployé à la mer… et désormais, pour certains d’entre eux, des véritables navires de support, chargés du ravitaillement en vivres et en combustibles, du transfert du personnel et même, si nécessaire, de capacité d’assistance et de remorquage d’urgence.
 
 
Une série de 6 navires dédiés au marché CGG
 
 
Ce type de navire, Bourbon en a commandé – conformément à son usage de standardisation - une série de 6, spécialement conçus pour répondre au contrat d’affrètement signé avec le groupe franco-américain de géophysique CGG en 2011. Deux d’entre eux, les Bourbon Petrel et Bourbon Fulmar sont déjà sortis des chantiers Grandweld de Dubaï. Le troisième, le Bourbon Gannet arrive en 2014 et sera rapidement suivi par les trois derniers sister-ships, les Grebe, Cormoran et Terme. Pavillonnés à Chypre, ils sont gérés par Greenmar, la filiale suisse de Bourbon.
 
(
(©BOURBON)
 
 
Une propulsion hybride
 
 
Longues de 53 mètres, les nouvelles unités sont dotées d’une propulsion hybride : diesel –mécanique pour la navigation (avec deux moteurs Caterpillar de 1575 chevaux) et diesel –électrique pour le mode « escorte » du navire sismique. Elles sont même dotées d’un mode « boosté » en cas de remorquage d’urgence, puisque elles disposent d’une capacité de traction de 50 tonnes.  Pour leur rôle de support, les bateaux sont équipés d’une grue et d’un bossoir pouvant soulever un workboat de 10 tonnes, d’une capacité de transport de près de 1000 m3 de combustible et d’un dispositif « inline bunkering », permettant le ravitaillement en soutes du navire sismique en mer. Spécificité « sismique », ils disposent d’un winch pouvant hisser à bord les streamers, les flûtes d’acquisition sismiques. Ils peuvent également transporter 12 passagers.
 
 
(
(©BOURBON)
 
 
(
(©BOURBON)
 
(
(©BOURBON)
 
Opérations en mer du Nord et en mer Noire
 
 
Le Bourbon Petrel accompagne depuis juillet 2013 le CGG Symphony, navire sismique français armé par Geofield (joint venture entre CGG et Louis Dreyfus Armateurs) en Mer Noire. Le navire de support sismique a réalisé de nombreuses opérations de ravitaillement en carburant, ainsi que des exercices et opérations de remorquage et des relèves d’équipage. Le Bourbon Fulmar est actuellement en train d’assister le Viking Vanquish en opération en Europe du Nord.
 
 
(
(©BOURBON)
 
Un nouvel appel d’offre pour des navires « glace »
 
 
Un essai, transformé pour Bourbon et CGG, dont le directeur des opérations Marine, Yves Rastoin, se dit « très satisfait de cette collaboration, avec un partenaire qui a à la fois la capacité d’investissement sur une série et des exigences qualité et commerciales conformes à nos propres standards ». CGG a annoncé le lancement d’un appel d’offre pour une nouvelle série de quatre navires de support classé « glace ». Bourbon a déjà fait savoir qu’il y répondrait.
 
BOURBON CGG | Actualité du groupe de Géosciences