Défense
BPC Mistral : TLD, canons de 30, SLAT et Mica VL

Actualité

BPC Mistral : TLD, canons de 30, SLAT et Mica VL

Défense

Livré le 26 février à la Marine nationale, le bâtiment de projection et de commandement Mistral poursuit sa traversée de longue durée. Après avoir appareillé en milieu de semaine dernière du port crétois de La Sude, le navire s'est engagé ce week-end dans le canal de Suez et doit arriver aujourd'hui à Djibouti. L’équipage mène les derniers réglages du BPC et les tests en eaux chaudes. Pour cela, cette TLD de deux mois le conduira en Océan Indien, avec une escale prévue du 22 avril au 5 mai à Cochin. Cette relâche sera, sans nul doute, l’occasion de présenter le nouveau fleuron français à la marine indienne, qui n’a pas caché son souhait de renforcer sa composante amphibie. Rappelons que DCN, avec le Mistral, fonde de grands espoirs sur le marché export. Un premier contrat est notamment espéré avec l’Australie en 2007, programme sur lequel le constructeur français est en compétition avec l’espagnol Izar. Le retour du Mistral à Toulon est prévu le 31 mai, après un passage en Turquie la semaine précédente.

Toujours pas de canons de 30 mm

Les observateurs avertis l’auront constaté, le Mistral, bien que livré, n’embarque toujours pas les deux canons de 30 mm Breda-Mauser initialement prévus. D’une portée de 15 kilomètres, ce matériel d’autodéfense rapprochée tire à 800 coups par minute. Selon certaines sources, ces canons n’auraient même pas été commandés, faute de crédits. D’autres voix affirment que les tourelles nécessaires seront prélevées sur les « stocks » dont dispose déjà la marine. Les 30 mm équipent les TCD Foudre, Sirocco et Orage, ainsi que les frégates anti-sous-marines Dupleix, Montcalm et Jean de Vienne. A l’occasion du retrait du service de l’Orage, en 2007, ses deux canons pourraient être débarqués au profit du Mistral. Il en faudra, toutefois, deux autres pour le Tonnerre, ou inversement. En attendant, les BPC se contentent donc de lanceurs Simbad (missiles Mistral d’une portée de 6 Kms) et de mitrailleuses de 12.7 mm. Il est, néanmoins, envisagé de les équiper d’un système de lutte anti-torpilles (SLAT), équipant déjà le Charles de Gaulle et le porte-aéronefs italien Garibaldi. Ce dispositif est également prévu pour les frégates Horizon. Pour les bâtiments de projection et de commandement, le SLAT nécessiterait l’installation de moyens d’écoute, dont la « machinerie » serait logée au niveau de l’une des brèches arrières occupées, à l’heure actuelle, par les embarcations pneumatiques.

Le projet Mica VL

Malgré les restrictions budgétaires, ingénieurs et militaires souhaiteraient faire du BPC une plateforme de test pour certains matériels d’autodéfense. Ainsi, l’embarquement de missiles Mica, dans leur version Vertical Launch, est à l’étude. Produit par MBDA, le Mica VL est dérivé du missile antiaérien utilisé par l’armée de l’air (Mirage 2000) et l’aéronavale (Rafale). Opérationnel depuis 2001 dans la marine, cet engin de conception franco-britannique pèse 112 kilos pour une longueur de 3,1 mètres. Equipé d’autodirecteurs radar et infrarouge, il a été étudié pour résister aux contre-mesures infrarouge et électroniques les plus performantes. Capable d’atteindre Mach 4, le Mica est, par ailleurs, doté d’une très grande manoeuvrabilité, grâce à quatre déviateurs de jet dans la tuyère. Tiré depuis un avion, sa portée est de 60 kilomètres. Dans sa version surface/air (lanceur vertical octuple), le Mica peut traiter, à 360 degrés, les menaces distantes de 500 mètres à 12 kilomètres, soit sensiblement la même portée que les missiles Crotale. Le Mistral pourrait embarquer ce système sur les encorbellements arrière. La mise en place d’un tel matériel reste, bien évidemment, soumise aux contraintes budgétaires. Outre les navires amphibies, il pourrait être également embarqué sur frégates, comme les La Fayette, initialement conçues pour disposer de 16 missiles Aster 15 entre la tourelle de 100 mm et le bloc passerelle. On notera, enfin, qu’une version sous-marine (changement de milieu) est à l’étude pour assurer l’autodéfense des sous-marins.
______________________________________

Voir la fiche technique du BPC Mistral

Marine nationale