Défense
BPC russes : Le premier à moitié achevé et le second mis sur cale

Actualité

BPC russes : Le premier à moitié achevé et le second mis sur cale

Défense

Il arbore désormais son imposant îlot, alors que son étrave pointe au bout de la forme de construction des chantiers de Saint-Nazaire. Discrètement, mais sûrement, le futur Vladivostok, premier des deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) réalisés pour la Russie, prend forme chez STX France. Le constructeur français aura bientôt achevé l’assemblage du BPC, qui nécessite encore l’ajout de sa partie arrière. Celle-ci est réalisée à Saint-Pétersbourg en transfert de technologie. Elle doit arriver normalement arriver à Saint-Nazaire en juillet et sera soudée à la moitié avant du BPC, dont la coque s’arrête pour le moment à l’aplomb de la partie arrière de l’îlot, soit environ la moitié de sa longueur. 

 

 

Le futur Vladivostok (© : MER ET MARINE)

 

 

Le Vladivostok construit en avance de phase 

 

 

C’est le 1er février que le premier bloc du Vladivostok a été posé dans la forme de construction de Saint-Nazaire, la mise à flot du bâtiment devant intervenir autour du mois d’octobre pour une livraison au troisième trimestre 2014. Son sistership, le futur Sevastopol, dont la construction a débuté l’an dernier, a vu son premier bloc posé mardi dans la forme de construction. Une opération très en avance par rapport au planning initial, qui prévoyait normalement une mise sur cale du Vladivostok au printemps prochain. Ceci s'explique par la décision du chantier d'anticiper la fabrication du second BPC russe afin de combler le creux de charge intervenu en 2012. Toutefois, même si l'avant du Vladivostok est achevé en avance, le bâtiment en lui-même, dont une partie sera également réalisée en Russie, sera livré suivant le même calendrier, c'est-à-dire en 2015. 

Pour mémoire, le contrat est entré en vigueur en 2011. Il est porté par DCNS, concepteur des BPC, STX France intervenant en qualité de sous-traitant. Deux autres bâtiments pourraient être ultérieurement commandés par la marine russe mais, si tel est le cas, ils seraient assemblés localement, l’apprentissage de la construction de ce type de navire étant actuellement en cours avec les blocs réalisés à Saint-Pétersbourg pour les deux premiers BPC.

 

 

Vue de l'un des futurs BPC russes (© : DCNS)

Vue de l'un des futurs BPC russes (© : DCNS)

 

 

Dérivés des bâtiments français du type Mistral

 

 

Dérivés des trois bâtiments français du type Mistral, les Vladivostok et Sevastopol présenteront quelques différences par rapport aux unités de la Marine nationale. Ils seront notamment dotés d’une coque renforcée pour la navigation en zones polaires, d’installations aéronautiques adaptées à la mise en œuvre de machines à double rotor (comme l’hélicoptère d’assaut et de lutte anti-sous-marine Ka-27 Helix, l’hélicoptère de combat Ka-52 Alligator ou encore l’hélicoptère de transport Ka-29). Longs de 199 mètres et présentant un déplacement de 21.000 tonnes en charge, les futurs BPC russes pourront embarquer, comme leurs homologues français, plus de 450 hommes de troupe, une centaine de véhicules (dont des chars lourds) et une quinzaine d’hélicoptère, ainsi que des moyens de débarquement (chalands de type CTM NG réalisés par le site STX de Lorient et peut être des catamarans L-CAT/EDAR conçus par CNIM). Ils seront, en outre dotés d’importantes infrastructures de commandement, ainsi que d’un hôpital embarqué.

 

 

Vue de l'un des futurs BPC russes (© : DCNS)

Vue de l'un des futurs BPC russes (© : DCNS)

Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France) Marine russe