Défense
BPC russes : Moscou veut des équipements, Paris refuse de livrer l'armement

Actualité

BPC russes : Moscou veut des équipements, Paris refuse de livrer l'armement

Défense

Le ministère français de la Défense a redit, hier, que Paris ne souhaitait pas livrer à la Russie des bâtiments de projection et de commandement dotés d'équipements militaires occidentaux. Si la France, malgré les pressions de ses alliés de l'OTAN, a accepté le principe de vendre des BPC du type Mistral à la marine russe, l'électronique embarquée et l'armement ont été ouvertement exclus du périmètre. En clair, l'aide française doit se limiter à la réalisation d'une coque propulsée et aménagée. Mais, dans le cadre des négociations exclusives ouvertes début mars sur ce projet, Moscou tente apparemment d'obtenir un peu plus, à moins qu'il s'agisse d'une manoeuvre plus subtile. « Si la décision définitive se porte sur le Mistral, nous achèterons ce navire seulement avec les équipements complets : les équipements de commandement, de navigation et les armements. Seule exception, les hélicoptères. Ce seront les nôtres. Tout le reste devra être complètement fait selon leurs normes », a déclaré hier le général Nikolaï Makarov, chef d'Etat-major des armées russes, cité par l'agence Interfax.

Hélicoptère Kamov sur le BPC Mistral (© : MARINE NATIONALE)
Hélicoptère Kamov sur le BPC Mistral (© : MARINE NATIONALE)

Il reste désormais à voir comment vont se dérouler les négociations sur ce sujet délicat. Le point le plus sensible porte, en réalité, sur l'électronique embarquée des BPC du type Mistral. Uniquement dédié à l'autodéfense, l'armement de ces navires est, en effet, très réduit, se limitant à de l'artillerie légère et à deux petits lanceurs de missiles à courte portée. La vraie force des Mistral réside, en fait, dans leur capacité à projeter une force amphibie et aéroportée. Long de 199 mètres pour un déplacement de 21.500 tonnes, le Mistral peut embarquer 16 hélicoptères lourds, 4 chalands de débarquement, 70 véhicules et 400 hommes de troupe.
En cas d'accord avec la Russie, 4 BPC devraient être acquis par la Russie. Le premier, au moins, serait réalisé à Saint-Nazaire, où cette commande est attendue avec impatience pour combler l'effondrement du plan de charge.

Naval Group (ex-DCNS)