Défense
Brest : Américains et Britanniques en escale après l'exercice Spontex

Actualité

Brest : Américains et Britanniques en escale après l'exercice Spontex

Défense

Le vaste exercice de lutte anti-sous-marine Spontex 2005 s’est achevé vendredi dernier après 12 jours de manœuvres dans l’Atlantique. Organisé tous les deux ans, il réunissait des bâtiments français, américains, britanniques, allemands, portugais, italiens et canadiens. Les forces de l’OTAN ont été engagées dans la simulation d’une attaque contre les côtes avec pour mission de débusquer et détruire les sous-marins qui tentaient de s’y opposer. La flotte était placée sous commandement français et la Marine nationale avait déployé pour l’occasion les frégates ASM Tourville, De Grasse et Latouche Tréville, les avisos LV Lavalée et commandant L’Herminier, le sous-marins nucléaire d’attaque Saphir ainsi que le remorqueur Tenace et une douzaine d’avions et d’hélicoptères.
Suite à cet exercice, le destroyer américain USS Mahan et le ravitailleur britannique RFA Fort Victoria ont fait relâche à Brest.

USS Mahan et RFA Fort Victoria

Admis au service actif en 1998, le DDG 72 Mahan appartient à la classe Arleigh Burke (62 unités prévues). Long de 154 mètres pour 20,40 de large, il déplace plus de 9000 tonnes à pleine charge. Equipé du système Aegis, ce bâtiment dispose d’excellentes capacités anti-aériennes. Il est armé de 90 missiles (surface / air SM-2 MR, croisière Tomahawk et ASM Asroc) à lancement vertical, deux rampes quadruples pour missiles antinavires Harpoon, deux systèmes multitubes Phallanx, une pièce de 127 mm, deux canons de 25 mm et six tubes lance-torpilles. Son escale a été l'occasion de mesurer les dimensions impressionnantes du Bâtiment de Projection et de Commandement (BPC) français Mistral, à côté duquel il était amarré à l'un des épis porte-avions. Le gros destroyer semble en effet tout petit à côté du nouveau fleuron des forces amphibies françaises. Ce dernier, encore en essais, doit rejoindre Toulon en fin d’année une fois solutionnés quelques soucis de réglage, inhérents à tout prototype.
L’autre grande vedette du week-end à Brest fut le ravitailleur britannique Fort Victoria. Ce grand bâtiment polyvalent de plus de 36.000 tonnes à pleine charge dispose de 5 postes de ravitaillement (quatre à couple, un en flèche). Ses soutes peuvent transporter jusqu’à 12.000 m3 de combustible et 5000 m3 de munitions. Livré en 1994 par le chantier du Titanic, l’irlandais Hartmann & Wolff, le Fort Victoria compte un jumeau, le Fort George. Contrairement à la Marine nationale, l’armement des navires logistiques anglais n’est pas du ressort direct de la Royal Navy. Ces bâtiments, comme le Fort Victoria, dépendent de la Royal Fleet Auxiliary, une entité à part entière dont le statut n’est pas militaire. A bord, les équipages sont constitués en grande partie de civils.

Un grand merci à Sébastien May pour nous avoir fait parvenir ses photos du Mahan et du Fort Victoria.

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française